GODARD Pierre

Par Julien Cahon, Yves Le Maner

Né le 5 janvier 1900, mort en 1962 ; pharmacien ; militant socialiste SFIO dans la Somme ; secrétaire fédéral adjoint (1939, 1945-1952).

Demeurant à Saint-Léger-les-Domart avant la Seconde Guerre mondiale, Pierre Godard (ou Godart) était rédacteur au Cri du peuple, membre de la commission administrative fédérale de la SFIO et délégué à la propagande pour la troisième circonscription d’Amiens.

Pharmacien à Amiens, il fut l’un des plus actifs militants du Parti socialiste SFIO dans la Somme dans les années trente. Demeurant à Amiens, rue Saint Fuscien en 1939, Pierre Godart était marié et père de deux enfants. Membre du conseil d’administration du Cri du peuple de 1935 à 1939, il fut secrétaire fédéral administratif à partir de février 1939, il rédigea une motion portant son nom au congrès fédéral SFIO de la Somme du 21 mai 1939 qui « blâmait » la CAP pour son « abus de pouvoir » (suppression du rapport moral du secrétaire général du parti, Paul Faure*) et fut signataire de la motion Paul Faure – Charles Spinasse pour le congrès national du parti de 1939. Paulfauriste et proche de Max Lejeune, il aurait cessé toute action militante la même année suite à l’entrée en guerre, mais aurait « contribué à la libération d’Amiens avec Léon Tellier » (correspondance avec Jean-Jacques Tellier*, mai 2009).

Après-guerre, il devint secrétaire fédéral adjoint de la fédération SFIO de la Somme à partir 1945, il secondait alors Léon Tellier*, secrétaire fédéral. Il conserva cette responsabilité jusqu’en mars 1952 et fut remplacé par Roger Fouquet*. L’arrivée de Max Lejeune* au poste de secrétaire fédéral relégua Pierre Godard et Léon Tellier aux postes de conseillers fédéraux. Il fut conseiller fédéral jusqu’en 1959, au moins.

Pierre Godard restait néanmoins membre du bureau politique fédéral. Il fut à partir de 1951, et ce jusqu’à sa mort, en 1962, membre de la commission de contrôle du Cri du peuple, et membre de la commission exécutive fédérale.

Il fut délégué de la fédération de la Somme au congrès régional agricole socialiste qui se tint à Amiens le 27 avril 1952 sous la présidence de Tanguy-Prigent et regroupait les représentants de onze départements pour examiner le problème agricole et définir le programme du parti. Il intervint notamment sur le problème de l’enseignement agricole et fit le procès du certificat d’aptitude professionnelle, succédant à ses camarades de la Somme, Clément Cauet, responsable JS aux jeunes paysans, et William Eloy*.

Membre de la section SFIO d’Amiens, il fut délégué de la Somme au congrès national de 1955 avec Max Lejeune, Roger Fouquet, Jacques Gest, Gaëtan Sinoquet, Gabriel Grenot*, et Pierre Doutrellot*.

Pendant sa carrière politique, Pierre Godard s’était refusé à briguer le moindre mandat électif.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article49582, notice GODARD Pierre par Julien Cahon, Yves Le Maner, version mise en ligne le 22 mars 2009, dernière modification le 12 septembre 2013.

Par Julien Cahon, Yves Le Maner

SOURCES : Renseignements fournis par Léon Tellier, ancien secrétaire de la fédération socialiste de la Somme — Arch. OURS — Arch. Dép. Somme, 25W92 — Le Cri du peuple, 1945-1962.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément