FAURÈS Pierre, René

Par Jean-Pierre Besse

Né le 23 janvier 1911 à Saint-Vincent-de-Paul (Gironde), fusillé comme otage le 9 mai 1942 à Caen (Calvados) ; ouvrier pâtissier ; militant communiste de Gironde.

Fils de cultivateurs, Pierre Faurès, célibataire, domicilié à 10 rue Joseph de Carayon-Latour à Bordeaux (Gironde), participa à la reconstitution des organisations communistes à Bordeaux. Il était en contact avec René Julien, responsable des Jeunesses communistes pour la Charente-Maritime, les Landes et les Basses-Pyrénées (Pyrénées-Atlantiques) et transportait le matériel de propagande dans ces départements.
Une perquisition à son domicile le 5 avril 1941 permit de découvrir plus de 700 tracts destinés au département de Charente.
Pierre Faurès fut arrêté le 6 ou 8 avril (selon les sources) et condamné par la Section spéciale de la cour d’appel de Bordeaux le 12 septembre 1941 à quinze ans de travaux forcés et vingt ans d’interdiction de séjour.
Transféré à la prison de Caen, il a été fusillé comme otagepar les Allemands dans la caserne du 43e R.A le 9 mai 1941 en représailles à l’attentat commis le 1er mai 1941 à Airan contre un train de permissionnaires allemands.

Selon Alain Guérin, il fut homologué à, la Libération comme membre du Front national.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article49622, notice FAURÈS Pierre, René par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 27 mars 2009, dernière modification le 19 octobre 2020.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : Jean Quellien (sous la dir.), Livre mémorial des victimes du nazisme dans le Calvados, op. cit. – René Terrisse, Bordeaux 1940-1944, Perrin, 1993. – État civil, Saint-Vincent-de-Paul. — MémorialGenWeb. — Pas de fiche sur Mémoire des Hommes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément