CROGNIER Joselyn, Georges

Par Julien Cahon

Né le 9 septembre 1920 à Vignacourt (Somme) ; employé ; résistant ; militant communiste puis socialiste SFIO dans la Somme ; militant syndicaliste CGT puis FO dans la Somme ; conseiller municipal socialiste d’Amiens (1959-1965).

Joselyn Crognier s’engagea dans l’armée en novembre 1938. Blessé en mai 1940 à Montmédy, il fut démobilisé. Il entra dans les rangs de la résistance en 1943 et devint chef de détachement FTPF. Engagé de nouveau en 1944 et versé dans les troupes coloniales, il appartenait au 1er CA. Joselyn Crognier quitta l’armée en 1946. De retour à la vie civile, il fut fonctionnaire du ministère de l’agriculture, employé à l’office des céréales.

Joselyn Crognier avait rejoint le PCF dans la clandestinité. Il quitta le parti en 1952. Militant syndicaliste CGT, il devint secrétaire de l’UL-CGT d’Amiens en avril 1952 en remplacement de Georges Leraille, et membre du bureau de l’UD-CGT de la Somme à partir d’avril 1953.
Au début des années 1950, il était secrétaire du cartel CGT des syndicats de fonctionnaires et agents des services publics de la Somme (1950-1954), secrétaire du syndicat CGT des employés de l’ONIC d’Amiens, et secrétaire de l’Amicale des anciens élèves de Saint-Pierre (Amiens).

Joselyn Crognier adhéra au Parti socialiste SFIO en 1955 et passa ensuite à FO. A la fin des années cinquante, il était au sein du syndicat départemental FO, secrétaire adjoint du cartel des fonctionnaires. Il fut également délégué suppléant du comité d’action sociale à l’office des céréales et membre de la commission de surveillance de l’hôpital psychiatrique de Dury-les-Amiens. Président de l’Amicale des anciens élèves de Saint-Germain Saint-Jacques, il était aussi président de la fédération d’Amiens-Ville des Œuvres laïques.

En 1959, membre de la commission exécutive de la section SFIO d’Amiens et délégué fédéral à la propagande (canton Amiens nord-ouest), Joselyn Crognier fut candidat aux élections municipales d’Amiens sur liste Maurice Vast*. En 25e position (sur 37), il recueillit 15692 voix au premier tour (sur 43947 exprimés), puis était élu avec 24993 au second tour (sur 46443 exprimés), soit la huitième place du conseil dans l’ordre des voix.

Alors que la section SFIO amiénoise se déchirait sur fond de lutte personnelle entre Maurice Vast, tenant de l’alliance au centre et à droite, et Camille Goret*, partisan de l’alliance à gauche avec les communistes, Joselyn Crognier suivit Camille Goret. Lors d’une réunion du conseil municipal, le 6 novembre 1964, il quitta la salle avec Camille Goret et René Dizambourg pendant le vote du compte administratif. Le 30 janvier 1965, dans le cadre de la préparation des élections municipales de 1965, fut convoquée une assemblée générale des quatre sections d’Amiens (les tensions entre la section socialiste amiénoise et la municipalité avaient conduit à la partition de la section SFIO d’Amiens en quatre secteurs en 1964). Il fut demandé individuellement aux élus municipaux de prendre l’engagement de respecter la discipline de parti. Joselyn Crognier prit cet engagement, tout comme Léon Tellier* et Camille Goret, mais Maurice Vast et quatre conseillers refusèrent, par anticommunisme. Ce dernier forma une liste avec les gaullistes tandis que Joselyn Crognier était candidat sur la « liste de coalition des partis communiste, PSU, socialiste et radical » conduite par Camille Goret. En quatrième position (sur trente-sept), Joselyn Crognier était « agent du trésor, conseiller sortant », mais ne fut pas réélu. La liste Camille Goret était battue par celle de Maurice Vast (21 796 voix contre 29 843).

Il était titulaire des médailles de la résistance et des CVR ainsi que d’un diplôme d’honneur de l’éducation nationale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article49623, notice CROGNIER Joselyn, Georges par Julien Cahon, version mise en ligne le 27 mars 2009, dernière modification le 27 mars 2009.

Par Julien Cahon

SOURCES : Arch. FJJ, dossier Somme. — Arch. Dép. Somme, 21W164. — Le Courrier picard, 1945-1971. — Le Cri du peuple, 1945-1971.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément