GUEYRAUD Michel, Marcel

Par Jacques Girault

Né le 12 février 1910 à Serres (Hautes-Alpes), mort le 22 juin 2002 à Grenoble (Isère) ; instituteur ; militant syndicaliste ; militant socialiste en Isère ; adjoint au maire de Virieu-sur-Bourbre.

Son père était un petit cultivateur, ouvrier agricole, d’opinions socialistes. Sa mère occupait un emploi de repasseuse en liaison avec les enfants de l’Assistance publique du département des Bouches-du-Rhône. Michel Gueyraud reçut les premiers sacrements catholiques. Après avoir fréquenté le cours complémentaire de Serres, il entra à l’École normale d’instituteurs de Gap (Hautes-Alpes) en 1925. Il effectua son service militaire à Grenoble dans le Génie (octobre 1929-octobre 1930).

Il se maria en septembre 1933 à La Batie-Monsaléon (Hautes-Alpes) avec une institutrice, Yvette Chevillon. Le couple eut trois enfants qui furent pas baptisés. Jusqu’en 1932, il enseigna dans des villages des Hautes-Alpes (La Grave, Saint-Sauveur notamment). Il fut nommé ensuite en Isère (Saint-Chef 1932-1933, puis dans des postes doubles à Vénérieu, 1933-1938, à Virieu-sur-Bourbre, 1938-1946, à La Jarrie, 1946-1957, à La Tronche, 1957-1962). Il termina sa carrière comme directeur d’école à Grenoble en 1965.

Adhérent du Syndicat national dès sa sortie de l’École normale d’instituteurs en 1928, Michel Gueyraud militait aussi au Groupe de Jeunes depuis 1926 en liaison avec des adhérents de la Fédération CGTU de l’Enseignement. Membre du conseil syndical de la section départementale du SN puis du Syndicat national des instituteurs (1933-1939), il fut délégué à la réunion du conseil national du SNI à Pâques 1937 et au congrès national de Nantes (1938). Secrétaire-adjoint de la section après 1936, responsable des affaires corporatives, membre du comité consultatif, il fut élu au Conseil départemental de l’enseignement primaire en 1938 et fut gréviste le 30 novembre 1938. Il fréquentait les auberges de jeunesse et, à la fin des années 1930, se rapprocha des “Amis de Syndicats“.

Militant du Parti socialiste SFIO depuis 1931, membre de la Ligue des droits de l’Homme, Michel Gueyraud exerçait les fonctions de secrétaire de mairie à Vénérieu. Participant à la création du comité antifasciste de Bourgoin, collaborant avec l’Union locale CGT de Bourgoin, il militait aussi au Comité de vigilance des Intellectuels antifascistes, animé en Isère par [Yves Farge>49408].

Gueyraud fut mobilisé en août 1939 en Savoie comme sous-officier. En 1943, le syndicat se reconstitua clandestinement sous l’impulsion d’Alix Berthet et il fut chargé de la caisse de solidarité. Créateur d’une compagnie de l’Armée secrète, chef adjoint du secteur 7, il participa aux opérations militaires de la Libération à partir de juin 1944.

Président du conseil cantonal de Libération à partir de juin 1944, président du conseil cantonal de libération nationale de Virieu-sur-Bourbe et du Comité départemental de Libération, il devint adjoint au maire. Après la guerre, toujours membre du Parti socialiste SFIO, secrétaire de la section socialiste de La Jarrie (1946-1951), il quitta le Parti socialiste SFIO en 1958 pour rejoindre le Parti socialiste autonome puis le Parti socialiste unifié. Il rejoignit le Parti socialiste en 1971 avec son épouse.

Reprenant son activité syndicale, Gueyraud retrouva sa place au Conseil départemental de l’enseignement primaire et y demeura jusqu’en 1951, délaissant cette responsabilité après la naissance de son troisième enfant. Élu en 1954 délégué à la Commission administrative paritaire départementale et au Comité technique paritaire (1956-1962), il continua son activité d’animateur sportif. Il participa notamment à la campagne de signature contre la loi Debré en 1959 et vint au rassemblement de Vincennes.

Michel Gueyraud présida la commission de contrôle de la Fédération générale des retraités pendant quinze années. En 1987, avec son épouse, il était toujours membre du SNI-PEGC et du Parti socialiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article49793, notice GUEYRAUD Michel, Marcel par Jacques Girault, version mise en ligne le 8 avril 2009, dernière modification le 16 juillet 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Presse syndicale. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément