HOUPLAIN André

Par Julien Cahon

Né le 30 novembre 1904 à Achicourt (Pas-de-Calais), mort le 9 décembre 1981 à Amiens (Somme) ; employé SNCF ; militant communiste et syndicaliste de la Somme ; conseiller municipal de Longueau (Somme).

André Houplain était le fils de Victor Houplain, employé au chemin de fer, et de Zélia née Delattre, ménagère. Membre du syndicat CGT des cheminots de Longueau et militant du Parti communiste, André Houplain avait adhéré au PCF en 1928. Chef de train à la Compagnie du Nord à Longueau, trésorier adjoint de la 30e Union régionale unitaire de la CGTU (correspondant aux départements de la Somme et de l’Oise), André Houplain fut maintenu à ce poste à l’issue du IVe congrès de cette UR en juin 1934. Il fut notamment secrétaire de la section technique des agents de train. André Houplain fut aussi secrétaire du rayon communiste de Longueau avant-guerre, et membre du bureau départemental du parti.

Conseiller municipal de Longueau, resté fidèle à son engagement, il fut déchu de son mandat en février 1940. Terrassier au camp d’aviation de Glisy en 1940-1941, décrit comme un « propagandiste acharné des idées extrémistes » dans un rapport de police du 12 janvier 1939, il fut interné « pour menées communistes » au camp de Doullens en octobre 1941 puis de Châteaubriant. Il fut libéré en avril 1942.

Membre de la section PCF de Longueau après la Seconde Guerre mondiale, il fut décoré de la médaille commémorative des CDH. André Houplain s’était consacré à la diffusion de la presse communiste, l’Humanité et Le Travailleur de la Somme.

André Houplain s’était marié à Agny (Pas-de-Calais) le 18 septembre 1926 avec Raymonde Delabre, dont il divorça en 1949.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article4984, notice HOUPLAIN André par Julien Cahon, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 6 mars 2010.

Par Julien Cahon

SOURCES : Arch. Nat., F7 15277 — Arch. Dép. Somme, 23W54, 25W92, 1471W16 — Le travailleur de la Somme, 23-29 juin 1934, 1945-1981 — Notice DBMOF Yves Le Maner. — État civil d’Achicourt.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément