GARRAN Gabriel

Par Gilda Bittoun

Né le 3 mai 1929 à Paris, mort le 6 mai 2022 à Paris ; auteur dramatique, adaptateur et metteur en scène ; directeur du Théâtre de la Commune, Aubervilliers (1965-1985) ; fondateur du Théâtre international de langue française (1985-2005) ; fondateur du Parloir contemporain en 2005.

Gabriel Garran est né au sein d’une famille modeste de juifs polonais, son père déporté en 1942 à Auschwitz, ne rentra jamais. Dès 1945, il mena de front une action militante, des responsabilités pédagogiques - via l’expérience de moniteur en colonie de vacances - et une pratique assidue de fréquentation de divers ciné-clubs qui contribua à sa principale formation esthétique. En 1951, Gabriel Garran intégra le Parti communiste français - qu’il quitta en 1956 - et l’Union des jeunesses républicaines de France, dont il dirigea l’activité du collectif théâtral Espoir.

Le temps d’apprentissage de 1951 à 1958, qui le vit collaborer à plusieurs troupes de théâtre amateur pour ensuite fonder des collectifs à vocation professionnelle, lui permit de prendre conscience de son aspiration à pratiquer un théâtre rigoureux en rupture avec les pratiques artistiques parisiennes. La découverte de Brecht et de Piscator, le choc éprouvé lors des représentations données par le Berliner Ensemble à Paris, ainsi que les polémiques initiées par la revue Théâtre populaire le conduisirent à penser les termes d’une action théâtrale en faveur du public « populaire » se situant en cela dans le sillage de la politique de décentralisation initiée par Jeanne Laurent jusqu’en 1952 et des postures défendues par Jean Vilar à Chaillot, Jean Dasté à Saint-Étienne, ou Roger Planchon à Lyon. Il rédigea et adressa à une trentaine de communes un avant-projet d’implantation destinée à la banlieue parisienne, déshéritée en matière d’infrastructures culturelles qui rencontra l’assentiment et le soutien de Jack Ralite, membre du Parti communiste français, maire adjoint à l’éducation et à la culture d’Aubervilliers, élu en 1959.

Une école d’art dramatique, dénommée le « Groupe Firmin Gémier » et composée d’Albertvillariens, naquit, dirigée par Gabriel Garran. Puis un festival se créa en juin 1961, où La Tragédie optimiste de Vichnievski fut jouée devant 3 500 spectateurs, dont les deux tiers n’étaient encore jamais allés au théâtre, et perdura jusqu’en 1964. Enfin, le 25 janvier 1965, le Théâtre de la Commune d’Aubervilliers fut inauguré. À une programmation régulière de spectacles pour enfants, de concerts, de films et de spectacles de variétés, fut associée une programmation théâtrale où Gabriel Garran privilégia la création contemporaine, et principalement un répertoire traduisant des préoccupations politiques et sociales susceptibles de pouvoir concerner la population albertvillarienne, cette dernière se composant pour sa part à 45 % d’ouvriers. Les spectacles les plus emblématiques de cette période étant : Andorra de Max Frisch (1965), L’Instruction de Peter Weiss (1966), Les Visions de Simone Machard de Bertolt Brecht (1967), Comment Monsieur Mockinpott fut délivré de ses tourments de Peter Weiss (1970), Auguste Auguste Auguste de Pavel Kohout (1971), Quatre à quatre de Michel Garneau (1976).

Si le public qui fréquentait le lieu, fut en majorité originaire de la banlieue, jeune, organisé car composé en grande majorité de collectivités, issues du monde du travail ou du milieu enseignant, Gabriel Garran se fixa comme objectif prioritaire de partir à la conquête de celui qui ne venait jamais dans les théâtres et qui n’avait pas du tout accès à l’offre culturelle, catégorie qu’il définissait comme appartenant au « non public ». Le Théâtre de la Commune d’Aubervilliers instaura un ensemble de pratiques destinées à permettre une appropriation du lieu par ceux qui le fréquentaient, telle l’absence de pourboires, la non réservation de places comme au cinéma, un tarif unique pour l’ensemble des fauteuils de la salle. Il récusa même dès 1966 le système de l’abonnement afin de laisser toute latitude au spectateur de venir selon son envie. De plus une importante activité d’animation autour des spectacles se développa, les techniques usitées allant du montage audio-visuel de style pédagogique à des spectacles de rue ou de tréteaux transportables sur les lieux de travail, dans les écoles, ou dans les quartiers, voire dans la rue. Or le public touché, appréciant ces animations, ne se déplaça pas au théâtre voir le spectacle créé, ce qui conduisit l’équipe à y renoncer.

En janvier 1971, le Théâtre de la Commune d’Aubervilliers accéda au statut de Centre dramatique national. L’État ne reconduisit pas Gabriel Garran dans ses fonctions de directeur qu’il quitta fin 1984 pour diriger dès 1985 le Théâtre international de langue française, structure de production itinérante jusqu’à son installation au Pavillon du Charolais en 1993, consacrée au repérage de textes et d’auteurs de l’espace francophone, en l’occurrence d’Afrique, du Maghreb, et du Québec, qui furent ainsi révélés au public français. Sa mission était de constituer un répertoire rendant compte des multiples trajectoires de la langue française au sein de ce même espace, l’Afrique y occupant une place privilégiée. En 2005, Gabriel Garran créa Le Parloir contemporain entreprise centrée sur la recherche contemporaine qui lui permit de mettre en scène des textes inédits.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article49858, notice GARRAN Gabriel par Gilda Bittoun, version mise en ligne le 24 avril 2009, dernière modification le 7 mai 2022.

Par Gilda Bittoun

ŒUVRE : Gabriel Garran, Le rire du fou, Éditions Christian Bourgeois, 1976

SOURCES : Fonds Garran, BnF, département Arts du spectacle. — Philippe Madral, Le Théâtre hors les murs, Éditions du Seuil, 1969. — Micheline B. Servin, Une Aventure, Le Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, Encre, 1980. — Interview de Gabriel Garran par Émile Copfermann, Travail Théâtral n° 7, juin 1972. — Denise Biscos, Le Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, Travail Théâtral, n° 7, juin 1972. — Interview de Gabriel Garran, Théâtre Public, n° 2, janvier-février 1975.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément