GAULTIER Pierre

Par Annie Pennetier, Claude Pennetier

Né le 8 août 1900 à Châteauroux (Indre), mort le 19 juillet 1961 à Châteauroux ; employé de commerce ; secrétaire du rayon communiste de Châteauroux, membre du secrétariat de la fédération communiste de l’Indre, secrétaire adjoint de l’UD-CGT.

Fils d’un ouvrier mouleur, Pierre Gaultier quitta l’école à treize ans pour entrer comme apprenti chez un tailleur. La guerre éclata et son patron fut mobilisé. Gaultier travailla pour l’armée puis perdit le goût du métier et devint employé de commerce. Mobilisé en 1920, il fit un an au 90e régiment d’infanterie de la Légion syrienne, en Syrie.

Libéré en 1922, Gaultier occupa différents emplois dans le commerce à Châteauroux. Militant du syndicat des brasseurs, il constitua en 1923 le syndicat des ouvriers boulangers qui devint ensuite le syndicat général de l’Alimentation (CGTU). Il en garda le secrétariat jusqu’en septembre 1939. En 1924, il entra à la Coopérative des travailleurs.

Pierre Gaultier adhéra au Parti communiste en décembre 1923 et joua aussitôt un rôle important dans la section puis le rayon de Châteauroux. Il en assura le secrétariat en 1925-1926 et 1931-1932. À cette dernière date, le Parti communiste groupait 111 adhérents dans l’Indre (selon un rapport de police du 26 août 1932. Arch. Nat., F7/13130). Le sous-rayon d’Issoudun, composé des cellules d’Issoudun, Chabris et Dun-le-Poêlier, avait cinquante-neuf membres.

Le rayon de Châteauroux était formé de cinq cellules : cellule alimentation, secrétaire Gaultier, onze membres ; cheminots, quinze ; manufacture des Tabacs, huit ; Cité de Bitray, deux ; cellule du Blanc, seize. Gaultier fut candidat sans succès aux élections municipales de mai 1929, mai 1935 et au conseil d’arrondissement dans le canton de Châteauroux en octobre 1931. Le Parti communiste le présenta aux élections législatives d’avril 1936 dans la circonscription du Blanc ; il recueillit 7,6 % des voix des électeurs inscrits.

Le congrès départemental de réunification syndicale du 19 janvier 1936, l’élut secrétaire adjoint de l’UD (voir Chaussé R.) et délégué au Comité départemental du Rassemblement populaire. Gaultier participa aux travaux du congrès confédéral de Nantes (14 au 17 novembre 1938).

Ayant refusé de désavouer le Pacte germano-soviétique, Gaultier fut écarté de la direction de l’UD puis arrêté le 16 décembre 1940. Il séjourna dans les camps de Saint-Germain-les-Belles puis Nexon (Haute-Vienne). Fort Barault (Isère), Castres (Tarn), et enfin dans le sud-oranais. Libéré, il reprit à Sétif des activités militantes et créa en 1943 un syndicat des ouvriers du pétrole. La même année, il anima l’Union locale des syndicats de Constantine. De retour dans l’Indre en octobre 1944, Gaultier succéda à François Lamousse comme maire de Châteauroux.

En 1947, tête de liste communiste, bien que réélu au conseil municipal, il perdit sa fonction. Conseiller général de 1945 à 1949, il se présenta sans succès à la Constituante en octobre 1945 puis en juin 1946 et aux législatives du 10 novembre 1946.

Secrétaire adjoint de l’UD-CGT de 1945 à 1946 puis, à partir du 3 mars 1946, simple membre du conseil d’administration, il accéda au secrétariat général en 1951 et y resta jusqu’à son décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article49863, notice GAULTIER Pierre par Annie Pennetier, Claude Pennetier, version mise en ligne le 10 juin 2009, dernière modification le 29 mars 2012.

Par Annie Pennetier, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Arch. Nat., F7/13130. — Arch. Com. Châteauroux. — L’Émancipateur, 1923-1939. — La Voix du Peuple, janvier 1936. — L’Émancipateur de l’Indre, 1944-1945. — Renseignements recueillis par G. Thomas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément