FERNANDEZ RUIZ Lucas [en respectant les régles espagnoles Lucas FERNANDEZ FERNANDEZ]

Par Natacha Lillo

Né le 4 mars 1923 à Saint-Denis (Seine, Seine-Saint-Denis), guillotiné le 11 août 1943 à Cologne (Allemagne) ; ajusteur ; militant des Jeunesses communistes ; résistant, déporté.

Les parents de Lucas Fernandez-Ruiz étaient originaires de Navalmoral (Caceres, Espagne). Son père, Victor Fernandez-Ruiz (né le 24 mai 1887), déjà présent à La Plaine-Saint-Denis (Seine, Seine-Saint-Denis) en 1911, travaillait comme tréfileur aux Tréfileries et Laminoirs du Havre (Mouton). La famille logeait dans un immeuble appartenant à la compagnie, 55 rue du Landy à La Plaine. Son frère aîné, Marcel Fernandez Ruiz, s’était engagé dans le camp républicain durant la guerre d’Espagne.
Il avait un frère jumeau, Pierre et trois soeurs : Marie (1925), Joséphine (1927-1928), Lucia (1929).
En 1936, il travaillait comme ajusteur aux Tréfileries et Laminoirs du Havre où il avait effectué son apprentissage.

Membre des Jeunesses communistes, Lucas Fernandez Ruiz fut arrêté avec son frère jumeau Pierre lors de la rafle allemande du 18 septembre 1941 dans le quartier espagnol de La Plaine pour faits de résistance. Il fut interné à la Santé jusqu’en février 1942, puis transféré dans diverses prisons allemandes. À Cologne, il fut jugé et condamné à mort comme responsable du réseau des résistants de la Plaine ; il fut guillotiné à Cologne le 11 août 1943.
Il fut homologué déporté résistant (DIR), résistance intérieure française (RIF) au sein du Front national et nommé adjudant-chef dans les FTP à titre posthume. Il fut décoré de la médaille de la Résistance par décret du 2 février 1960, parution au JO le 7 février 1960.
Sa tombe se trouve dans le carré des fusillés du cimetière de Saint-Denis.

Son frère jumeau, Pierre Fernandez Ruiz, fut lui aussi interné à la Santé jusqu’en février 1942, puis transféré dans diverses prisons allemandes. Il fut ensuite déporté au camp de Buchenwald d’où il revint très affaibli en mai 1945. Il vivait à La Rochelle (Charente-Maritime) dans les années 2000.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article49961, notice FERNANDEZ RUIZ Lucas [en respectant les régles espagnoles Lucas FERNANDEZ FERNANDEZ] par Natacha Lillo, version mise en ligne le 26 avril 2009, dernière modification le 10 mai 2022.

Par Natacha Lillo

Blanche Fernandez (mail du 8 avril 2020) : "Ma grand-mère Petra, Rafaela FERNANDEZ GARCIA née le 24/10/1896 a eu un fils, mon père José FERNANDEZ, né le 24/10/1917 (son père ne l’a pas reconnu). En compagnie de son fils, elle est arrivée en France par Hendaye le 21/12/1919.
Victor FERNANDEZ MIGUEL est né le 24/05/1887 dans le même village que ma grand-mère : Naval Moral de la Matta. Il avait épousé, en premières noces Maria RUIZ dont il a eu un fils : Marcel FERNANDEZ RUIZ, né le 12/10/1915. (je ne connais pas la date de décès de Maria RUIZ. Lui-même décèdera le 14/03/1935).
Il a épousé, en secondes noces, ma grand-mère Petra Rafaela FERNANDEZ GARCIA.
Ils ont eu en ensemble, 5 enfants :
- Pierre et Lucas, nés le 04/03/1923
- Marie, née le 20/07/1925
- Joséphine, née le 04/101927 décédée le 25/05/1928
- Lucia, née le 01/07/1929."

SOURCES : AVCC-SHD, Caen, AC 21P 644931et AC 21 P 449 560 (déporté).— SHD, Vincennes, GR 16P 221071.— Mémoire des hommes, Lucas Fernandez.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément