FELDMANN Jean

Par Jean-Pierre Besse, Daniel Grason

Né le 8 juillet 1923 à Paris (IVe arr.), mort le 2 juillet 1942 à Auschwitz (Pologne) ; employé de bureau ; militant communiste ; déporté.

Fils de Jacob, garçon de course et de Rachel, Jean Feldmann était l’un des cinq enfants d’une famille juive russe réfugiée en France en 1905, ils obtinrent leur naturalisation en 1917. Il vivait chez eux 16 rue Édouard-Robert, Paris (XIIe arr.), travailla comme employé de bureau à la société Astra Film du 20 février au 11 juin 1940, date à laquelle, il fut licencié, il s’inscrivit au fonds de chômage du XIIe arrondissement en juillet 1940.

Adhérent des Jeunesses communistes, la police l’interpella le 26 janvier 1940 pour distribution de tracts communistes. La 15e Chambre correctionnelle le condamna à quatre mois de prison le 30 mai 1941 pour infraction au décret du 26 septembre 1939, mais estima qu’il avait agi sans discernement du fait qu’il était mineur, fut confié à ses parents sous le régime de la liberté surveillée. Le 1er juin 1941, il rédigea une déclaration où il désapprouvait « formellement l’action communiste sous toutes ses formes », prenait l’engagement de se livrer dans l’avenir « à aucune activité communiste ».

Il était arrêté en même temps que son frère Armand, une deuxième fois le 26 janvier 1941, il détenait sur lui un rouleau de papier gommé pouvant éventuellement servir à confectionner des papillons, des morceaux de craies généralement utilisé à écrire des mots d’ordre sur les murs, ainsi que « Le rapport du camarade Molotov, président du conseil des commissaires du peuple, à la VIIe session su Soviet Suprême de l’URSS », une brochure de huit pages édité en août 1940 par le PCF.

Ils étaient dix-neuf jeunes du XIIe arrondissement à comparaître du 23 au 26 mars 1942 devant la Section spéciale de la Cour d’Appel de Paris, aucune mention de condamnation le concernant. La police allemande vint l’arrêter le 28 avril 1942, il fut déporté au départ de Compiègne le 5 juin 1942 dans le convoi n° 2 à destination d’Auschwitz. Il y mourut le 2 juillet 1942.

La date de décès donnée par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Serge Klarsfeld et le Journal officiel ne concordent pas. Nous avons retenu la date figurant sur l’acte de naissance de Jean Feldmann. Il était le frère du résistant Michel Feldmann et d’Armand Feldmann, qui fut fusillé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article50056, notice FELDMANN Jean par Jean-Pierre Besse, Daniel Grason, version mise en ligne le 27 octobre 2012, dernière modification le 29 janvier 2022.

Par Jean-Pierre Besse, Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. BA 2056, KB 100, 77W 1. — Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004. — Serge Klarsfeld, La Shoah en France, tome 2 : Le calendrier de la persécution des juifs de France juillet 1940-août 1942, Fayard, 2001. — Site Internet CDJC. — Site Internet GenWeb. — Journal officiel n°48 du 25 février 1996. — État civil, Paris (IVe arr.).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément