FEUCHOT René

Par Claude Pennetier

Né le 16 novembre 1927 ; employé de bureau ; membre du secrétariat de la fédération communiste du Loir-et-Cher et militant communiste de l’Ardèche ; conseiller municipal de Privas (Ardèche).

Fils d’un employé de la SNCF et d’une employée de bureau, tous deux membres du Parti communiste en 1953, René Feuchot avait un frère qui travailla aussi à la SNCF et milita au PCF.

Titulaire de la première partie du baccalauréat, il travailla comme employé de bureau à la Caisse primaire de sécurité sociale du Loir-et-Cher. Adhérent des Jeunesses communistes de Blois en 1944, il rejoignit le Parti communiste en 1948 et la CGT en 1949. Il fut membre du bureau de la section en 1949 puis du secrétariat en 1952.
C’est à cette époque qu’il se maria avec Josette Roy, sténo-dactylo, qui partagea ses engagements politiques. Le couple eut trois enfants.

Gaston Plissonnier, alors secrétaire fédéral, qui le jugeait « politiquement capable » (10 mai 1953), le fit entrer au comité fédéral en juin 1953 (ainsi que sa femme), puis a bureau fédéral en 1956. À partir d’avril 1957, il occupa la fonction de troisième secrétaire fédéral au côté de Fernand Jupeau* et d’Henri Lagarde*. Il y siégea jusqu’en 1972.

Il avait suivi une école inter-fédérale à Tours en janvier-février 1954 et une école centrale d’un mois en avril 1956.

En 1974, il avait quitté le Loir-et-Cher pour travailler, comme cadre, à la CPAM (caisse primaire d’assurance maladie) de Privas qui comptait 175 salariés. Élu conseiller municipal de Privas en 1977, il siégea au comité fédéral communiste de l’Ardèche de 1979 à 1987.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article50129, notice FEUCHOT René par Claude Pennetier, version mise en ligne le 8 mai 2009, dernière modification le 4 août 2009.

Par Claude Pennetier

SOURCE : Arch. comité national du PCF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément