FAUCHEUX Jacques, Jean, Fernand

Par François Prigent

Né le 14 mars 1937 à Val-d’Izé (Ille-et-Vilaine) ; instituteur puis travailleur social (agent du développement rural à la CAF) ; militant SNI et FOL, figure du Mai 68 rennais, adhérent du PSU (1969-1974) puis du PS (depuis 1974) ; maire de Fougères (1983-2007), conseiller régional (1986-2004).

Issu d’une famille de commerçants (maréchal-ferrant et boucherie) votant pour les républicains, passé par les écoles privées, Jacques Faucheux entra dans le lycée public de Rennes après son renvoi de la classe de seconde en 1951. Au terme de ses études de lettres, il se maria en août 1959 à Saint-Gilles-Vieux-Marché (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor) avec une institutrice du Val-d’Izé. Il devint lui-même instituteur en 1957.

D’abord nommé à Saint-Tual près de Tinténiac, Jacques Faucheux s’enracina dans le pays coglais. Syndiqué au SNI et très actif dans les filières de la Fédération des œuvres laïques (FOL), il milita surtout dans le domaine associatif, à la Mutualité, véritable institution du monde agricole, faisant la rencontre en tant que responsable local du réseau paysan constitué par la JAC, en cours de décrochage du bloc conservateur.

Appuyé par un double réseau de relations locales (milieu laïque et enseignant ; filières agricoles et chrétiennes), Jacques Faucheux se présenta lors des élections municipales de 1965 à Saint-Brice-en-Coglès, sans succès. En janvier 1966, il fonda une association du Coglès dans le canton, fédérant les diverses énergies dans ce secteur. Sa reconversion professionnelle en tant qu’agent du développement rural, employé par la CAF, le fixa à Rennes. Travaillant à l’office social et culturel, il vécut de près les évènements de Mai 68 et participa aux débats qui avaient souvent lieu dans la salle de spectacle rennaise de la Cité.

Militant du PSU en 1969, Jacques Faucheux s’installa professionnellement à Fougères en 1970, obtenant un score élevé lors des élections cantonales de 1973 avec le soutien du PS (27,94 % et 1 415 voix). Il rejoignit le PS lors des Assises, pour lesquelles il représentait le parti au plan national en compagnie de Pierre-Yves Heurtin* et de Jacques Cottereau* (ancien responsable national de la JEC, dirigeant rocardien rennais, entré ensuite chez Syndex). À Fougères, l’implantation PSU était marquée par une tendance maoïste puissante, incarnée par Hélène Doudard (proche du groupe Humanité Rouge), suppléante en 1968 de René Rolland (secrétaire général de la ville de Rennes) pour le PSU.

Sollicité par Edmond Hervé* pour être directeur de l’office social et culturel en cas de victoire de la gauche à Rennes, Jacques Faucheux choisit finalement le mandat de conseiller municipal de Fougères en 1977. Presque seul militant du PS alors, il fut par ailleurs le candidat aux élections législatives (1978 et 1981) et cantonales (1979) sous l’étiquette PS, construisant progressivement son implantation locale qui mit fin aux pratiques de parachutage de militants rennais. Maire de Fougères en 1983 grâce à l’appui des communistes et des radicaux (Louis Feuvrier s’allia à sa liste entre les deux tours avant de devenir son premier adjoint), il fit ainsi basculer la ville la plus ouvrière de Bretagne, traduisant la progression socialiste en Ille-et-Vilaine avec le gain de Redon (Pierre Bourges), contrebalançant la perte de Saint-Malo (Louis Chopier).

Localement, Jacques Faucheux s’appuyait sur les filières syndicales de la CFDT, incarnées par le réseau André Marivin (permanent syndical). Captant également l’ancien noyau socialiste SFIO articulé autour des réseaux CGT-FO tissés depuis le Front Populaire par Joseph Fournier (ancien premier adjoint au maire radical), il conservait les faveurs du milieu paysan (JAC) et laïque (sa première femme était également issue de ce milieu). Conseiller régional en 1986, ce rocardien mena la liste du PS en 1992 aux régionales dans un contexte de reflux électoral pour les socialistes, avant d’être réélu en 1998. À partir de 2004, il entama son désengagement politique, passant la main à Louis Feuvrier (devenu également conseiller général) à l’échelle communale en juin 2007.

Sans doute veuf, il se remaria en mai 1992 à Fougères avec Colette Personnaz, sous-préfette de Fougères, reconvertie en juge administrative. Il quitta Fougères pour la Savoie d’où son épouse était originaire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article50202, notice FAUCHEUX Jacques, Jean, Fernand par François Prigent, version mise en ligne le 12 mai 2009, dernière modification le 12 mai 2009.

Par François Prigent

SOURCES : Arch. fédérales PS d’Ille-et-Vilaine. — Arch. Pierre Bourges (PSU), André Marivin (CFDT). — Arch. OURS, dossiers Ille-et-Vilaine. — Entretiens avec Jacques Faucheux, André Marivin, Pierre-Yves Heurtin et Edmond Hervé. — Ouest-France (1973-2007), articles sur la vie socialiste locale.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément