FAVREAU Pierre, Henri

Par Jacques Girault

Né le 6 octobre 1906 ; professeur, inspecteur général de l’Instruction publique ; résistant à Paris.

Pierre Favreau, reçu à l’agrégation d’histoire et géographie en 1929, professeur, avait été initié à la Franc-Maçonnerie dans la loge « Le soleil levant » à Alger. Il était secrétaire pour l’Algérie du Syndicat des professeurs de l’enseignement secondaire (FGE-CGT).

Rentré en France, il enseignait au lycée Louis-le-Grand à Paris. À partir de 1941, il prononçait des conférences patriotiques dans les lycées parisiens. Il était aussi docteur en médecine (thèse obtenue en décembre 1944). « Docteur Pierre » pour ses camarades résistants, édita avec Louis-Jean Finot la revue clandestine France de demain, camouflée en luxueuse Revue de l’enseignement supérieur.

Dans le courant de 1944, il reçut le commandement de l’Armée volontaire qui contrôlait le groupe « Honneur de la police ». Il édita le 20 août 1944, 180 000 exemplaires du premier journal de la presse parisienne libérée, L’Information officielle des armées de la République, distribués par les soins des sapeurs pompiers engagés dans le combat. Le réseau "Sécurité parisienne" permit à Pierre Favreau de traverser à plusieurs reprises les lignes allemandes. Le 22 août 1944, tout d’abord « pour hâter l’arrivée des troupes américaines », puis le lendemain en compagnie entre autres du sergent Pierre Lemaire, de la 4e compagnie de Sécurité parisienne « pour aller rejoindre le général de Gaulle à Rambouillet et faire obtenir l’avance accélérée de la Division Leclerc ». Le groupe Sécurité parisienne fut reconnu par le Conseil national de la Résistance (CNR), au sortir de la Seconde Guerre mondiale, comme membre du Mouvement combattant de Résistance (MCR), présidé par Pierre Favreau. Frédéric Curie devint l’un des vice-présidents du MCR, aux côtés du médecin-général Arène, directeur du Service de santé de la région de Paris, et de Jean Le Guen.

Pierre Favreau fut nommé après la Libération médecin inspecteur général de l’hygiène scolaire et universitaire avec rang et prérogative d’inspecteur général de l’Instruction publique. Le 3 juin 1949, par suite de la suppression de son emploi, il fut nommé inspecteur général honoraire et mis à la disposition de son cadre d’origine.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article50209, notice FAVREAU Pierre, Henri par Jacques Girault, version mise en ligne le 12 mai 2009, dernière modification le 2 août 2021.

Par Jacques Girault

SOURCE : Arch. de la contemporaine, ARCH/0183, Favreau Pierre.— André Combes, La Franc-Maçonnerie sous l’Occupation. Persécution et résistance (1939-1945), Paris, Éditions du Rocher, 2001, p. 304. — JO, lois et décrets, 6 juin 1949. — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément