FAUGÈRE Marcel, Félix, André

Par Jacques Girault

Né le 10 février 1924 à La Chapelle-sur-Usson (Puy-de-Dôme), mort le 2 juin 1985 à Nantes (Loire-Atlantique) ; instituteur ; militant syndicaliste ; militant communiste dans la Seine puis dans la Loire-Atlantique.

Fils d’un cultivateur devenu chef cantonnier et d’une cultivatrice, Marcel Faugère participa à la Résistance à la fin de 1943 avec les jeunes communistes du lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Il rejoignit le maquis en Haute-Loire et dans le Puy-de-Dôme. Sous le pseudonyme de « Juan », sergent FFI-FTPF, responsable à la sécurité d’un bataillon FTP, il s’engagea comme volontaire dans la première armée et participa à la campagne d’Allemagne.

Titulaire du baccalauréat « Philosophie », Faugère devint enseignant délégué d’éducation physique de la Ville de Paris puis instituteur dans le Veme arrondissement de Paris. Il dirigeait des colonies de vacances en Suisse et en République démocratique allemande organisées par la Fédération de la jeunesse résistante, organisme commun à l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance et de la Fédération nationale des déportés, internés et résistants patriotes.

Faugère, membre des Jeunesses communistes depuis 1943, adhéra à l’Union de la jeunesse républicaine française en 1946, rejoignit le Parti communiste français en 1946 puis réadhéra en 1954. Il indiquait avoir été coupé du Parti entre 1946 et 1954, habitant Reims puis Paris. Membre du bureau de la cellule des instituteurs communistes du Veme en 1955-1956. Il habitait la cité de la Butte rouge, 10 place Cyrano de Bergerac, à Châtenay-Malabry, et après la dissolution de sa cellule en 1956, fit partie de la cellule Samson à Châtenay-Malabry. Membre du secrétariat de la section communiste, responsable de l’organisation, il suivit le stage central des instituteurs communistes (27 août-9 septembre 1961) et, l’année suivante, l’école centrale d’un mois.
Faugère fut jusqu’en 1953 membre du syndicat CGT des professeurs spéciaux de la ville de Paris puis membre du bureau de la section du Ve arrondissement du Syndicat national des instituteurs.
Secrétaire de la section de Châtenay-Malabry de l’ANACR, membre de son comité directeur dans la Seine (1952-1964), Faugère faisait partie de la Commission nationale des œuvres sociales de la FIR. Marié en février 1950 à Issoire (Puy-de-Dôme), il divorça en 1962.

En 1964, Faugère quitta la région parisienne pour devenir conseiller pédagogique d’éducation physique et sportive. Il habitait Saint-Herblain. Il s’était remarié avec en septembre 1962 au Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine) avec Annick Colas, professeur dans un collège d’enseignement technique, communiste, fille d’un moniteur d’auto-école. Le couple avait deux filles.

Faugère, au début des années 1970, était le secrétaire de la section communiste de Chantenay-Saint-Herblain. Membre du comité de ville, il fut membre du comité de la fédération communiste de 1971 à 1974. Candidat aux élections législatives de 1973 dans la deuxième circonscription (Nantes-Saint-Herblain), il arriva en troisième position avec 7 206 voix sur 68 425 inscrits. Son désistement permit l’élection au deuxième tour du candidat socialiste. En tête de la liste communiste aux élections municipales de Saint-Herblain en 1971, il fut candidat au conseil général en 1973.

Faugère était le vice-président du conseil de parents d’élèves d’un groupe scolaire de Nantes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article50257, notice FAUGÈRE Marcel, Félix, André par Jacques Girault, version mise en ligne le 16 mai 2009, dernière modification le 16 mai 2009.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément