FAUCARD Georges, Alain

Par Jean Limonet

Né le 2 avril 1925 à Soulangis (Cher), mort le 18 septembre 2020 à Bourges (Cher) ; instituteur, auxiliaire puis contrôleur divisionnaire aux PTT ; responsable fédéral et départemental de la JOC, secrétaire de l’UD-CFTC puis CFDT du Cher (1953-1974), membre de l’ACO.

Georges Faucard
Georges Faucard
Cliché fourni par Georges Faucard

Fils unique de petits cultivateurs catholiques (sa mère pratiquait régulièrement, son père occasionnellement), qui exploitaient vingt hectares dans le Cher, Georges Faucard fit ses études à l’école primaire puis à Saint Jean-Baptiste de la Salle, à Bourges. Ayant obtenu en 1941 le brevet élémentaire et un certificat d’aide-comptable, il fut un an surveillant à « La Salle » puis trouva, en 1942, une place d’instituteur dans une école privée, en zone libre, à Châteauneuf-sur-Cher (Cher). Il apprit le métier sur le tas, remplaçant même pendant une année le directeur qui était passé dans la clandestinité pour échapper au STO. Georges Faucard adhéra en 1943 à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), dont il devint rapidement responsable fédéral, et en 1945 à la CFTC (enseignement privé).

En 1947, à la demande de Louis Moulinet, il quitta l’enseignement pour entrer, comme auxiliaire, au service de la Recette principale de la Poste à Bourges, tout en étant responsable départemental de la JOC pour le « Loisir populaire » jusqu’à son mariage, en 1949. Georges Faucard fit toute sa carrière au service du tri postal : il passa les différents concours internes qui le conduisirent en 1976 aux fonctions de contrôleur divisionnaire et ne cessa jamais de s’investir dans le syndicalisme.

Délégué CFTC des PTT, il fut élu en 1951 secrétaire syndical départemental des PTT du Cher. À ce titre, il participa à de nombreux congrès nationaux de la fédération et fut élu au conseil national. En 1959, au congrès de Châtel-Guyon, il fut élu membre du bureau fédéral, responsabilité qu’il assuma jusqu’en février 1964 en ayant la charge de la formation. Il anima ainsi de nombreuses sessions à Bierville et dans tout le pays. Il participa également à des activités internationales dans la branche postale de la Confédération internationale des syndicats chrétiens (CISC).

Par ailleurs, il devint en 1953 secrétaire de l’Union départementale CFTC puis CFDT du Cher jusqu’en 1974, participant et animant de nombreux débats au sujet de la déconfessionnalisation de la CFTC. Il fut aussi permanent syndical, à Bourges, de 1959 et 1964 pour remplir ses nombreuses responsabilités. Il fit un passage éclair au Parti socialiste auquel il adhéra en 1981 et qu’il quitta en 1982 pour incompatibilité entre ses responsabilités syndicales et son engagement politique.

Georges Faucard avait été élu en 1948 au conseil d’administration de la Caisse primaire de la Sécurité sociale du Cher et de la Caisse régionale d’Assurances maladie du Centre à Orléans. Il fut réélu constamment jusqu’en 1972, représentant la CFTC puis la CFDT. Il fit partie du conseil d’administration de la Mutuelle générale des PTT (1975-1979) et du conseil national des œuvres sociales des PTT.

De 1991 à 1995, Georges Faucard assuma l’animation du syndicat CFDT des retraités du Cher.

Il s’était marié à Châteauneuf-sur-Cher le 16 mai 1949 avec Madeleine Bégassat, elle-même militante jociste et cousine de Jacques Bégassat ; trois filles naquirent de cette union (nées en 1951, 1954, 1956). Madeleine Faucard, décédée le 14 octobre 1997, milita aux Associations familiales ouvrières sur le plan local et au sein d’une association de parents d’élèves. Le couple fut, pendant quelques années, membre de l’ACO.

Georges Faucard est chevalier du Mérite social depuis 1993.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article50299, notice FAUCARD Georges, Alain par Jean Limonet, version mise en ligne le 22 mai 2009, dernière modification le 7 juillet 2021.

Par Jean Limonet

Georges Faucard
Georges Faucard
Cliché fourni par Georges Faucard

OEuvre : [avec Gérald Hayotte], De la CFTC à la CFDT. 1945-1968. Notre histoire syndicale dans le département du Cher, 2017, 320 p. (ISBN : 979-10-699-0287-9).

SOURCES : Arch. interfédérales et confédérales CFDT. — Renseignements fournis par Georges Faucard. — État civil de Soulangis (février 2009).

Version imprimable Signaler un complément