GAILLARD Ernest

Par François Prigent

Né le 13 juillet 1910 à Hillion (Côtes-du-Nord), mort le 21 février 2005 à Hillion ; cultivateur ; conseiller municipal SFIO (1947-1948) puis maire socialiste de Hillion (1948-1989) ; militant laïque.

Son père était fermier et sa mère ménagère. Orphelin dès le début des années 1920, Ernest Gaillard fut élevé par son grand-père maternel, un cantonnier qui votait républicain. Néanmoins, il fréquenta l’école primaire privée, se destinant même un temps au petit séminaire. Ouvrier agricole à Hillion puis Saint-Brieuc, il se maria avec Louise Briend, originaire de Hillion. Dans les années 1930, le couple partit vivre à Tréguier, tenant un petit commerce-épicerie. Mobilisé, Ernest Gaillard fut chauffeur–livreur à Saint-Brieuc, avant de tenir une petite exploitation à Hillion, héritée de ses beaux-parents.

Adhérent SFIO depuis la Libération, Ernest Gaillard était très investi dans la mouvance laïque locale, en réaction à son éducation religieuse, qu’il avait vécu de façon douloureuse. En 1947, il faisait partie de la liste socialiste menée l’agriculteur Mathurin Guernion* (né en 1891), maire depuis 1945, un proche d’Antoine Mazier* (député SFIO entre 1945 et 1958). Ernest Gaillard figurait aussi parmi les cinq délégués socialistes de la commune à l’occasion des sénatoriales de 1948 aux côtés de E. Campion, J. Cléret, J. Briens et Blanchard. En novembre 1938, il devint maire de Hillion à trente-huit ans, suite au décès fin octobre de Mathurin Guernion, tombé gravement malade en juillet.

Réélu en 1953, il était partisan d’un socialisme municipal pragmatique, caractérisé par une sensibilité laïque très affirmée. Lors de la kermesse fédérale de 1955, il faisait partie des élus SFIO agriculteurs, rassemblés par Alexandre Thomas* (député SFIO en 1951), qui tenta d’activer un réseau socialiste d’élus agriculteurs. Depuis le milieu des années 50, Ernest Gaillard cotisait de façon intermittente à la SFIO, comme en 1959 lors de sa réélection au poste de maire.

Influencé par les liens noués avec Yves Le Foll* (maire de Saint-Brieuc entre 1964 et 1983) ou Eugène Guéno* (maire de Langueux entre 1965 et 1983), Ernest Gaillard s’était rapproché de la mouvance PSU, sans y adhérer. De plus, il était en contact avec Joseph Hillion*, son secrétaire général à la mairie entre 1968 et 1980, qui fut conseiller général PSU d’Uzel entre 1964 et 1970. Ernest Gaillard fut réélu maire en 1965 et 1971, à la tête d’une majorité à dominante laïque.

Son passage au PS, annoncé au printemps 1976 dans Le Combat Social, correspondait à la fin d’une phase d’expansion du milieu socialiste dans les Côtes-du-Nord, accéléré par les victoires symboliques de Charles Josselin* aux législatives en 1973 puis à la présidence du conseil général en 1976 : Ernest Gaillard faisait partie de ces élus laïques, ancrés à gauche et souvent passés par la SFIO ou le PSU, qui rejoignirent le giron du PS, renforcé par ailleurs par l’afflux de militants issus des filières chrétiennes de gauche.

Réélu en 1977, il recruta l’ancienne secrétaire générale de la mairie de Plessala (commune dirigée par le PSU avec Simone Darcel*, maire entre 1959 et 1989), Yvette Doré pour remplacer Joseph Hillion. Ernest Gaillard entama un dernier mandat de maire en 1983. À partir de 1989, la municipalité de Hillion fut dirigée par la droite jusqu’à la victoire en 2008 de Yvette Doré, qui avait rejoint la direction des services de Michel Lesage à Langueux (assistant parlementaire, conseiller général PS de Langueux depuis 1982).

Décédé en 2005, Ernest Gaillard fut enterré religieusement. S’appuyant sur près de 600 pages de manuscrit sur son action de maire, sa famille a commencé a éditer ses mémoires en 2009.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article50383, notice GAILLARD Ernest par François Prigent , version mise en ligne le 29 mai 2009, dernière modification le 29 mai 2009.

Par François Prigent

SOURCES : Arch. Dép. des Côtes d’Armor. — Arch. OURS, dossiers Côtes-du-Nord - Arch. Fédérales du PS des Côtes d’Armor. — Arch. Privées Alexandre Thomas. — Le Combat Socialiste. — Entretien avec Marie-France Maréchal (sa fille), Joseph Hillion, Michel Lesage. — Mairie de Hillion. — Association Tout l’fourbis, Hillion d’après les écrits d’Ernest Gaillard, 2009.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément