GAMBIN Robert

Par Maurice Moissonnier

Ouvrier du textile à Villefranche-sur-Saône (Rhône) ; militant socialiste et syndicaliste FO du Rhône.

Avant 1936, Gambin était un militant en vue de la CGT confédérée et après la réunification, il resta l’un des membres très influents de l’Union locale des syndicats. Membre du Parti socialiste SFIO, il participa à la direction de la section et en devint même le secrétaire. En 1939, au moment où le pacte germano-soviétique provoque l’éloignement des communistes de la CGT, il joua sur le plan syndical un rôle accru. En 1942, il donna son accord à la création de la « Cité ouvrière » organisme projeté par le mouvement vichyste « Compagnons » en association avec les syndicats. Il se ressaisit et participa, alors qu’il était employé à la Compagnie des eaux, à la Résistance.

Robert Gambin retrouva sa place, en 1944, à l’Union locale CGT. Le 17 octobre 1945, il tenta de faire adopter par les syndicats un appel à voter deux fois oui au référendum du 21 octobre avec l’accord du secrétaire de l’UL Seigneuret (voir ce nom). Cette initiative provoqua une tension avec les communistes et leurs amis, partisans de voter oui, non. En 1948, Gambin fut l’un des fondateurs du syndicat « Force ouvrière » à Villefranche-sur-Saône. Il était en outre devenu rédacteur au journal local Le Patriote beaujolais. En juillet 1977, il était encore réélu au bureau de la section locale du Parti socialiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article50644, notice GAMBIN Robert par Maurice Moissonnier, version mise en ligne le 10 juin 2009, dernière modification le 10 juin 2009.

Par Maurice Moissonnier

SOURCES : Arch. Union locale CGT de Villefranche-sur-Saône. — Le Progrès, 14 juillet 1977.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément