MILLERIOUX Joseph, Louis [Louis, Marie, Joseph]

Par Claude Pennetier

Né le 13 février 1904 à Sainte-Gemme (Cher), mort en déportation à Auschwitz en septembre 1942 ; cultivateur ; candidat communiste aux élections législatives de 1936.

Joseph Millerioux
Joseph Millerioux
Photographie de sa campagne électorale de 1936

Fils de petits paysans de Sainte-Gemme, de Louis Marie Millerioux, cultivateur, et de Marie Joséphine Creuzil, ménagère, Joseph Millerioux raconta dans l’Émancipateur du 4 août 1929, sous le nom de Jean d’Églantine, l’impression indélébile que lui laissa le départ en août 1914 des hommes, dont son père, en pleine période de travaux des champs. Dès l’âge de douze ans, il quitta l’école pour travailler dans les fermes comme domestique agricole, puis à la petite propriété familiale obtenue en héritage de ses parents en 1918.

Joseph Millerioux adhéra au Parti communiste en avril 1928 après avoir lu la littérature communiste et avoir été influencé par un camarade. Il fut d’abord membre de la cellule de Sury-en-Vaux (Cher) pendant les années 1928-1929 où il militait, disait-il, "presque seul avec le camarade qui m’avait fait entrer au parti". Il constitua en 1930 la cellule de Saint-Gemme où il réussit à grouper cinq camarades. Cette cellule faisait partie du rayon de Sancerre.

Désigné comme secrétaire de sa cellule à sa constitution il fut ensuite, en février 1934, secrétaire du rayon de Sancerre. La même année il fut nommé secrétaire du comité régional de la Région Centre. Délégué àla conférence national d’Ivry en juin 1934, il fut également délégué aux congrès nationaux de Villeubanne en jancier 1936 et d’Arles en décembre 1937. Il fut aussi chargé de la trésorerie du comité antifasciste de Sancerre en 1937.

Millerioux qui avait suivi , en novembre 1935, une école nationale paysanne communiste de quinze jours à Draveil, était en 1937 responsable du Comité des paysans travailleurs de Sancerre adhérent à la CGPT. Il écrivait dans l’Emancipateur de nombreux articles sur la situation paysanne.

L’influence communiste était en baisse dans cette région de petite paysannerie : Millerioux, candidat au conseil général en 1931, n’obtint que 1,7 % des suffrages des électeurs inscrits. Il milita à la Confédération générale des paysans-travailleurs, participa activement à la propagande et à l’organisation de réunions publiques. Il écrivit dans l’Émancipateur de nombreux articles sur la situation des paysans. Millerioux, alors secrétaire du rayon de Sancerre, fut candidat au conseil d’arrondissement dans le canton de Vailly en 1934. Le dirigeant du Sancerrois, Émile Lerat* ayant été blâmé en 1931, la direction régionale présenta aux élections législatives de 1932 un militant extérieur au département, Georges Fouilloux*, un ouvrier nommé secrétaire de la section agraire du PC. Les suffrages par rapport aux électeurs inscrits tombèrent de 23,6 % à 10,1 %, aussi fit-on appel pour les législatives de 1936 à J. Millerioux. Il n’avait ni le talent, ni la popularité d’Émile Lerat mais pouvait influencer les petits paysans. Il ne recueillit que 9,5 % des suffrages des électeurs inscrits. Millerioux demeura le dirigeant du Parti communiste dans le Sancerrois jusqu’à la guerre. Il fut candidat au conseil général en 1937 et délégué au congrès communiste d’Arles en 1937.

Mobilisé au 48e régiment d’artillerie divisionnaire et cité à l’ordre du 84e RA, il fut démobilisé le 18 août 1940. La police le décrivait alors ainsi : "Taille 1 m 75, cheveux et sourcils noirs, yeux gris, visage ovale, nez long, bouche moyenne, front découvert, teint mat, corpulence assez forte". Elle ajoutait : "Depuis la dissolution du PC il a cessé toute activité politique. Une perquisition opérée à son domicile le 7 mai 1941 n’a donné aucun résultat".

Arrêté le 26 juin 1941 par les autorités allemandes, il fut interné au camp de Compiègne, puis déporté le 6 juillet 1942 au camp d’Auschwitz où il mourut en septembre 1942.

Son nom est inscrit sur la plaque commémorative de la Fédération communiste du Cher à Bourges.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article50738, notice MILLERIOUX Joseph, Louis [Louis, Marie, Joseph] par Claude Pennetier, version mise en ligne le 15 septembre 2015, dernière modification le 16 avril 2021.

Par Claude Pennetier

Joseph Millerioux
Joseph Millerioux
Photographie de sa campagne électorale de 1936

SOURCES : RGASPI, 495 270 4477, autobiographie du 31 juillet 1937, classé A — Arch. Dép. Cher, 20 M 47, 21 M 36, 21 M 37, 22 M 35, 25 M 128. — L’Émancipateur, 14 mars 1936. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément