HOWALD René [HOWALD Émile, René]

Par Léon Strauss

Né le 20 juin 1900 à Mulhouse (Haute-Alsace, Alsace-Lorraine annexée), mort le 21 juin 1964 à Mulhouse (Haut-Rhin) ; journaliste à Mulhouse depuis 1920 ; militant socialiste SFIO dans le Haut-Rhin de 1920 à sa mort (à l’exception d’une brève période au Parti communiste (1921-1922), puis au Parti radical-socialiste (1923), résistant dans le Lot-et-Garonne ; secrétaire de la fédération communiste du Haut-Rhin en 1921, secrétaire de rédaction du Républicain du Haut-Rhin/Republikaner de 1923 ou 1924 à 1940 et de 1944 à 1960 ; conseiller municipal de Mulhouse de 1925 à 1940 et de 1944 à 1964.

René Howald, militant des Jeunesses socialistes, rédacteur au Republikaner, quotidien de la fédération socialiste SFIO du Haut-Rhin, prit la parole le 12 mars 1920 à l’occasion d’un meeting antimilitariste. Il faisait alors campagne contre le réformiste Auguste Wicky*, dont les positions étaient « inspirées par les principes de la IIe Verräter-Internationale (Internationale des traîtres). Le 19 août 1920, il fut arrêté pour participation à une manifestation interdite, mais fut libéré dès le lendemain. Il fut l’un des signataires d’une lettre hostile à Salomon Grumbach* et favorable à l’adhésion à la IIIe Internationale lue au congrès de Tours le 26 décembre 1920. Exclu de la presse SFIO, il fut le correspondant haut-rhinois du journal communiste de Metz (Moselle), Volkstribüne / Tribune du peuple, vraisemblablement sous le pseudonyme d’Adrien, puis travailla au bureau de Mulhouse de l’agence Havas. Il avait été élu secrétaire du comité directeur de la fédération communiste du Haut-Rhin le 16 janvier 1921. La police perquisitionna à son domicile le 8 mars 1921 à la recherche d’un numéro interdit du Jung Revolutionär / Le jeune révolutionnaire. Sa candidature au poste de directeur de l’Imprimerie Solidarité fondée à Strasbourg le 1er octobre 1921 par Charles Hueber fut écartée au profit de celle d’Offenbroich*. Il quitta le Parti communiste dès 1922. En mars 1923, il était secrétaire de la nouvelle section de Mulhouse du Parti radical-socialiste. Réintégré à la SFIO, il revint au Republikaner, dont il fut le secrétaire de rédaction jusqu’à la disparition du titre en 1960 . Il travailla ensuite au quotidien L’Alsace jusqu’à son décès.

René Howald fut conseiller municipal de Mulhouse pendant les mandatures de Wicky, de Wagner* et de Muller*de 1925 à 1940 et de 1944 à 1964. En 1937, il était secrétaire du comité mulhousien d’aide à l’Espagne républicaine. Mobilisé en 1939-1940, puis réfugié à Agen (Lot-et-Garonne) de 1940 à 1944, il y présida la section du Groupement d’entraide des réfugiés et expulsés d’Alsace et de Lorraine (GERAL) et s’employa à cacher des juifs persécutés. Résistant, il fut arrêté par la Gestapo, mais libéré, faute de preuves. Il s’était engagé dans la Première Armée française, mais il rentra à Mulhouse dès le 28 novembre 1944 avec le maire Wicky. Il fut rétabli dans ses fonctions de conseiller municipal par arrêté préfectoral du 28 décembre 1944. Il fut candidat de la SFIO aux cantonales d’octobre 1945 à Saint-Amarin (Haut-Rhin). Il fut président du syndicat des locataires du Haut-Rhin. Son fils, Patrice Howald, écrivain, fut journaliste à L’Alsace.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article50804, notice HOWALD René [HOWALD Émile, René] par Léon Strauss, version mise en ligne le 11 juillet 2009, dernière modification le 13 août 2010.

Par Léon Strauss

SOURCES : Arch. Nat. F7 13014. —Arch. Bas-Rhin 121 AL 870, 871. — Freie Presse, Strasbourg, 12 mars, 27 juillet, 20 août, 21 août 1920. —Der junge Revolutionär, novembre 1920. —Die Volkstribüne, Metz, 20 novembre 1920, 19 janvier, 24 février, 10 mars 1921 —L’Alsace, 14 décembre 1920. — L’Humanité, Paris, 13 mars 1921, 20 mai 1930. — Der Republikaner, Mulhouse, 1920-1940. — Le Républicain du Haut-Rhin, Mulhouse, 30 décembre 1944. — L’Alsace, Mulhouse, 3 novembre 1945, 22 juin 1964. — Le Nouveau Rhin français, Colmar, 23 juin 1964. — Richard Wagner, La vie politique à Mulhouse de 1870 à nos jours, Mulhouse, 1976, p. 135, 191. — Le Congrès de Tours, édition critique, Paris, 1980, p. 828. —DBMOF, 31, p. 402 (orthographié Hovald René). — Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, fascicule n° 17, p. 1677.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément