GHERAFA Brahim

Par René Gallissot

Né en 1910 dans le Mzab, à Beni Isguen, mort en 1950 ; militant de l’Étoile Nord-africaine (ENA) et du Parti du peuple algérien (PPA).

Brahim Gherafa tint une épicerie dans l’oasis de à Beni Isguen qui à la fin des années 1920, devint le lieu d’agitation et de propagation des idées communistes. Communisant sinon communiste, il collabora au journal mozabite El Oumma dirigé par Abou El Ykdan et qu’il ne fallait pas confondre avec El Ouma de Paris qui est dirigé par Messali*. Après la déperdition de la tentative de Parti nationaliste révolutionnaire, le PNR de Si Ahmed Belarbi* (Boualem), Brahim Guerafa participa dès 1933-1934 à la première implantation en Algérie de l’Étoile Nord-africaine reconstituée par Messali. C’est alors qu’il ouvrit une épicerie à Alger, dans la Basse Casbah.

En 1936 quand Messali* revint en Algérie, Brahim Gherafa fut membre de la commission consultative de l’ENA, avant sa dissolution en janvier 1937 par le gouvernement de Front populaire. Il avait la fonction de trésorier à Alger dans l’association de remplacement : Les amis d’El Ouma (El Ouma messaliste cette fois), puis il fit partie du comité directeur du PPA créé en mars 1937. Emprisonné à la prison d’Alger Barberousse (Serkadji), il fit avec les autres prisonniers du PPA, une grève de la faim pour obtenir le statut de prisonnier politique. Libéré le 26 août 1938, il reprit sa place à la direction du PPA qu’il représenta, tout en marquant les distances, à une des dernières réunions du Congrès musulman en septembre 1938.

Il fut encore membre du comité central clandestin en 1940, du PPA interdit. Il semble ensuite sortir du champ politique ; il n’apparaît pas comme militant du MTLD ; il mourut dans un accident en 1950.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article50811, notice GHERAFA Brahim par René Gallissot, version mise en ligne le 13 juillet 2009, dernière modification le 11 mai 2010.

Par René Gallissot

SOURCES : Arch. d’Outre-mer, Aix-en-Provence, 9H20, rapports du 4 et 23 septembre 1938. – Mémoires de Messali (inédits), cahier n° 14. — B. Stora, Dictionnaire biographique des nationalistes algériens, L’Harmattan, 2003.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément