BESTEL Émile, Arthur [version DBK]

Par Claude Pennetier

Né le 31 octobre 1886 à Paris (IVe arr.) ; ouvrier tourneur ; militant syndicaliste ; conseiller municipal de Saint-Denis (Seine, Seine-Saint-Denis) ; membre du comité directeur du Parti communiste.

Ouvrier métallurgiste à Saint-Denis, Bestel fut affecté en septembre 1915 comme ouvrier tourneur chez Hotchkiss à Saint-Denis. Il bénéficiait d’une popularité certaine dans les milieux syndicalistes. Secrétaire du Comité des délégués d’atelier des usines de la région de Saint-Denis, il fut le principal animateur de la grève des ouvriers métallurgistes qui dura du 11 au 18 mai 1918. Mis à la disposition des autorités militaires puis envoyé aux Forges et aciéries de Pompey, il revint à Saint-Denis au début de l’année 1919. Bestel était acquis aux conceptions révolutionnaires bolcheviques lorsqu’éclatèrent les grèves de juin. Il déclara le 2 juin : « Tournons nos yeux vers la Russie révolutionnaire, et que nos efforts tendent à établir chez nous le régime salutaire des Soviets. » Le comité intersyndical de Saint-Denis se transforma le 4 juin en comité exécutif des Soviets. Le 21 juin, les comités de grèves de la région parisienne réunis à la mairie de Saint-Denis, sous sa présidence, élurent un Comité d’action de grève de la Métallurgie et de la Voiture-Aviation comprenant Bestel.

Membre de la commission exécutive de la Fédération socialiste de la Seine, Émile Bestel fut présenté en avant-dernière position de la liste socialiste du quatrième secteur aux élections législatives du 16 novembre 1919. Il fut élu conseiller municipal socialiste de Saint-Denis le 30 novembre 1919.

Partisan de l’adhésion à la IIIe Internationale, signataire de la motion Cachin*-Frossard*, Émile Bestel fut délégué de la Fédération de la Seine au congrès de Tours (25-30 décembre 1920) qui l’élut premier suppléant du comité directeur. La mort de René Bureau le 14 août 1921 en fit un titulaire. Il entra à la commission de propagande du nouveau Parti communiste le 4 janvier 1921.

À la fin de l’année 1921, il participa, à Moscou, aux délibérations du Présidium de l’Internationale communiste sur la résolution présentée par Rappoport concernant les pouvoirs du représentant du comité directeur à l’Exécutif de l’Internationale.

Il présenta une résolution le 2 décembre et fit un exposé le lundi 5 décembre. Bestel, qui apparaissait comme un membre important de la direction du PC français, fit partie d’une délégation reçue par Lénine*. Au congrès national de Marseille (2530 décembre 1921) il annonça que l’Internationale désapprouvait la résolution de Rappoport et protesta contre la non-réélection de Boris Souvarine* au comité directeur. Renouvelé aux fonctions de membre suppléant du comité directeur, le 30 décembre 1921, il vota la motion Frossard*-Souvarine* favorable au Front unique en août 1922. Lors de la dernière séance du congrès de Paris (15-19 octobre 1922), le 19 octobre 1922, il présenta avec Paquereaux et Ker*, un projet d’entente entre le Centre et la Gauche qui fut accepté sans discussion par la Gauche. Bestel devint membre titulaire du comité directeur mais, le compromis élaboré au congrès ne fut pas appliqué.

Bestel manifesta publiquement des désaccords avec la direction communiste à partir de l’automne 1923. Un éditorial de Bestel publié dans l’Émancipation du 22 décembre 1923 provoqua la colère des dirigeants de la Fédération communiste de la Seine : il y préconisait une alliance avec les forces de la « Démocratie ». La Fédération ne put obtenir son exclusion en janvier 1924, mais elle le radia de la liste des candidats aux élections législatives de mai 1924. Bestel qui avait nourri des ambitions électorales quitta alors le Parti communiste puis, fonda un groupement éphémère : l’Union socialiste révolutionnaire, parti d’Unité ouvrière qui rejoignit rapidement le Parti socialiste SFIO.
Malgré son éloignement de Saint-Denis et son passage par le Parti socialiste, Émile Bestel subit ultérieurement l’attraction du phénomène doriotiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article50838, notice BESTEL Émile, Arthur [version DBK] par Claude Pennetier, version mise en ligne le 15 juillet 2009, dernière modification le 23 septembre 2016.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Notice par Jean Maitron, Claude Pennetier, J.-L. Pinol, DBMOF. — Arch. Souvarine, rapports et résolutions du Présidium du CE de l’IC, décembre 1921.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément