ACARD Aimé, Eugène

Né le 17 avril 1828 à Chartres (Eure-et-Loir), mort le 3 mai 1896 à Gentilly (Seine, Val-de-Marne) ; demeurant à Paris ; cordonnier ; communard, blessé pendant la semaine sanglante, condamné à la déportation.

Fils de Jean-Louis Acard, né à Chartres, cordonnier, et Adélaide, Pauline Vivien, née également à Chartres, leveuse à la Halle.
Caporal sous la Commune, il alla dans le courant d’avril à Gentilly et au fort de Bicêtre ; il faisait partie d’une compagnie sédentaire, mais fut chargé de perquisitions et de la recherche de réfractaires ; légèrement blessé le 24 mai 1871. Le 25, il s’opposa à l’enlèvement du drapeau rouge du commissariat de police au quartier de la Gare, arrondissement des Gobelins (XIIIe arr.) dont il habitait la maison. Il était marié (Marie Catherine Marchand) et père de trois enfants.
Arrêté le 4 juin, relâché le 5, arrêté à nouveau quelques jours plus tard, il fut toutefois recommandé par le curé de Notre-Dame-de-la Gare à Paris XIIIe arr. Le 19e conseil de guerre le condamna, le 29 décembre 1871, à la déportation simple, peine remise le 15 août 1876.
Il embarqua de 29 septembre 1872 au port de Rochefort sur La Danaë vers les bagnes de la Nouvelle-Calédonie. Il débarqua à l’Ile des Pins le 4 octobre 1872. Il obtint une remise de la peine le 15 août 1876 et revint en France à bord du Navarin le 26 janvier 1877.
Domicilié à Paris, il mourut veuf le 3 mai 1896 à Gentilly.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article50985, notice ACARD Aimé, Eugène , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 1er juillet 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/733 et BB 27. — Généanet. — Arch. Dép. Eure-et-Loir, État civil de Chartres, 1828, Naissances, Acte n°261, 3 E 085/127. — Arch. Dép. du Val-de-Marne, État civil de Gentilly, 1896, Décès, Acte n°282, 1MI 2584.— Notes de Renaud Poulain-Argiolas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément