ADAMY Amédée

Né le 13 mai 1854 à Paris ; nacrier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Amédée Adamy était le fils de Martin Adamy et comme lui nacrier. Du 2 juillet 1866 au 13 novembre 1874, il subit onze condamnations pour vagabondage, abus de confiance, rupture de ban ; en particulier, il fut condamné, le 21 septembre 1872, pour abus de confiance, à trois mois de prison, et, le 13 novembre 1874, à un an et un jour.
Il avait été soldat de 2e classe au 24e régiment d’infanterie. Sous la Commune, il fut garde au 232e bataillon comme son père et son frère Pierre. Le 3e conseil de guerre le condamna, le 4 février 1876, à la déportation dans une enceinte fortifiée, peine commuée en déportation simple la même année. Détenu au dépôt spécial de Saint-Brieuc, il fut embarqué, en rade de Cherbourg, à bord du Tage (18e convoi) qui partit le 14 décembre 1876 et arriva à Nouméa le 22 avril 1877, matricule de déportation 3103. Il bénéficia de l’amnistie et rentra en France par le Navarin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51012, notice ADAMY Amédée, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 août 2022.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/820. — Arch. Min. Guerre, 3e conseil (n° 2152). — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de L. Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément