AFFRE Albain, Gabriel, Augustin

Communard

Exempté du service militaire, un frère aîné étant sous les drapeaux.
Durant le premier Siège de Paris, Augustin Affre appartint à la 2e compagnie du 82e bataillon, mais fut exonéré de tout service « en raison des travaux importants auxquels il était employé dans l’usine Cail pour le compte du gouvernement de la Défense nationale ».
À la suite du 18 mars 1871, il fut attaché au Comité de Vigilance du XVe arrondissement présidé par Dagincourt, un de ses camarades du 82e bataillon. « Les renseignements recueillis sur son compte sont contradictoires. » D’après certains, il était affilié depuis longtemps à l’Internationale ; d’après d’autres, il aurait été entraîné par ses camarades d’atelier et on ne peut faire aucune remarque sur sa conduite avant l’insurrection. Le 4e conseil de guerre le condamna, le 25 mars 1873, à trois ans de prison et 200 f. d’amende. Il n’avait subi auparavant aucune condamnation.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51033, notice AFFRE Albain, Gabriel, Augustin , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 6 septembre 2018.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/794, n° 6.210 (rapport à la Commission des grâces, 25 octobre 1873).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément