AGUILHON Henri [AGUILHON André, dit Henri]

Né le 15 janvier 1838 à Montpellier (Hérault) ; marié, père de trois enfants ; voyageur de commerce ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il avait subi en 1857 et 1860 trois condamnations, à huit mois, un an et quinze mois de prison pour abus de confiance et escroquerie. Il était séparé de sa femme et de ses enfants restés à Cette, et, pendant le Siège, on le vit à Paris avec une femme belge divorcée. En avril 1871, il devint lieutenant-colonel de la XIe légion, puis s’enfuit de Paris avec sa concubine, le 23 ou le 24 mai. Il arriva à Bruxelles le 29, puis retourna en France où il fut arrêté le 25 juin à Nancy. Le 8e conseil de guerre le condamna, le 18 octobre 1871, à la déportation dans une enceinte fortifiée, peine commuée le 29 novembre 1876, en déportation simple, puis remise le 29 novembre 1878 contre obligation de résidence, obligation elle-même remise le 11 mars 1879. Ses notes de déportation étaient bonnes : « bon père de famille », il était aussi bon ouvrier et avait fondé à Nouméa un atelier de chapellerie assez important qui lui valut des récompenses aux expositions de Sydney et Nouméa.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51045, notice AGUILHON Henri [AGUILHON André, dit Henri] , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 6 septembre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/733. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément