ALBERT Constant

Né le 8 mai 1852 à Paris ; célibataire ; fumiste ; communard.

Sa mère vivait séparée de son père et en concubinage. Il avait subi une condamnation à deux mois de prison pour vol ; toutefois, les renseignements donnés par le commissaire de police de son quartier, Saint-Germain-l’Auxerrois, furent assez bons.
En 1871, il travailla de son métier jusqu’à fin avril, puis entra comme simple garde à la compagnie de marche du 248e bataillon, qu’il suivit à Levallois-Perret (Seine), au couvent des Oiseaux, puis à Belleville. Le 14e conseil de guerre le condamna, le 13 janvier 1872, à la déportation simple et à la dégradation civique, peine commuée, le 14 mai 1872, en cinq ans de détention. On lui reprocha son insoumission à Clairvaux (Aube) ; à Thouars (Deux-Sèvres), sa conduite parut assez satisfaisante, mais d’après sa correspondance « ses idées subversives ne se sont pas sensiblement améliorées » (4 septembre 1876).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51074, notice ALBERT Constant , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 8 septembre 2018.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/739.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément