ALLEXANT Joseph, Michel

Né le 30 décembre 1848 à Sainte-Marie-la-Blanche (Côte-d’Or) ; demeurant à Paris, rue du Terrier-aux-Lapins ; célibataire ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Soldat de la classe 1868, il fut incorporé au 2e régiment du train. En dernier lieu, il appartenait à la batterie du 22e régiment d’artillerie qui, le 18 mars 1871, occupa le bastion 81 de l’enceinte de Paris. Il resta au bastion et fut fait maréchal des logis-chef à la 1re batterie de la XIVe légion. Il avoua avoir pris part aux barricades les 24 et 25 mai et se livra à la troupe. Le 4e conseil de guerre le condamna, le 14 mai 1873, à la déportation dans une enceinte fortifiée et à la dégradation militaire. Le 21 janvier 1873 le 5e conseil avait condamné à la déportation dans une enceinte fortifiée par contumace un Joseph Allexant, ex-chef du 1er bataillon d’infanterie légère d’Afrique à Oran : on s’aperçut qu’il s’agissait du même personnage. Il fut déporté et arriva à Nouméa le 9 août 1874. Sa peine fut commuée, le 11 avril 1877, en déportation simple, puis remise le 12 décembre 1878 contre obligation de résider, elle-même remise le 11 mars 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51137, notice ALLEXANT Joseph, Michel , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 10 septembre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/796 et H colonies 69. — Arch. PPo., condamnés par contumace. — Notes de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément