AMAND Amynthe

Né à Vimoutiers (Orne) le 12 mai 1831 ; demeurant à Paris ; marié, père d’un enfant ; marchand de chaussures ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Simple garde au 29e bataillon durant le 1er Siège, il continua sous la Commune et fut nommé sous-lieutenant au début de mai. Il avait pris part à la sortie du Mont-Valérien au début d’avril 1871 ; le 6 mai et jusqu’au 21 il occupa le poste de la Manutention ; le 24 mai il présida à la construction de la barricade rue de Crimée (XIXe arr.). Devant le 3e conseil de guerre, il fut présenté, malgré de bons renseignements, comme « un habitué du club de la Marseillaise, s’occupant de politique avec exaltation ». Il fut condamné, le 6 novembre 1871, à la déportation simple. En déportation, il est dit encore d’idées avancées, faisant partie de la société des « Purs ». Il fut amnistié le 15 janvier 1879 et rentra par le Calvados.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51167, notice AMAND Amynthe , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 11 septembre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/733. — Arch. PPo., listes d’amnistiés.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément