JAMET Sylvain, Jean

Par Marie-Louise Goergen

Né le 7 janvier 1899 à Montgivray (Indre-et-Loire), mort en déportation le 22 janvier 1945 à Melk (Autriche) ; cheminot ; résistant déporté.

Plaque  de la Maison des syndicats de Nantes
Plaque de la Maison des syndicats de Nantes

Sylvain Jamet fut employé de commerce avant d’entrer au chemin de fer.

Engagé volontaire du 29 décembre 1917 au 29 décembre 1920, il fut embauché comme homme d’équipe à l’essai à Chantenay le 2 novembre 1923, commissionné un an plus tard, puis muté à Malestroit (Morbihan) en mai 1927. La même année, il accéda au grade de facteur-mixte, métier qu’il exerça successivement à Questembert (Morbihan) à partir de janvier 1928, à Chantenay en 1930, à La Poissonnière puis à La Bourse en 1936, avant d’être muté à Nantes-Blottereau en mai 1941.
Marié en décembre 1920 avec Marie Thèrèse Bouillet, il était père de deux filles, Yvette née en 1924 et Christiane née en 1930.

Arrêté à Nantes le 2 mars 1944, déporté politique, il mourut le 22 janvier 1945 à Melk (Autriche) [Mauthausen], « mort pour la France ».

Son nom figure sur la plaque de la Maison des syndicats de Nantes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article5121, notice JAMET Sylvain, Jean par Marie-Louise Goergen, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 31 mai 2018.

Par Marie-Louise Goergen

Plaque de la Maison des syndicats de Nantes
Plaque de la Maison des syndicats de Nantes

SOURCES : Arch. SNCF de Béziers. — Notes de Carlos Fernandez. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément