ANDRIEUX Henri, Eugène

Né le 16 septembre 1849 à Paris ; célibataire ; domicilié à Montrouge ; communard.

Engagé volontaire pour deux ans, en 1868, puis maintenu sous les drapeaux, il fut condamné le 27 juin 1870 à six mois de prison pour bris d’armes, gracié le 7 octobre 1870 et incorporé au 64e régiment de ligne. Nommé caporal le 6 novembre 1870, il fut cassé le 3 décembre pour ivresse et absences illégales. Versé au 68e régiment de ligne après l’armistice, il suivit son régiment à Versailles le 19 mars 1871, puis quitta le camp de Satory le 22 ou le 23 mars et rentra à Paris. Il fut arrêté à l’hôpital Saint-Martin où il se trouvait parce que, dit-il, blessé par l’explosion d’un caisson de munitions. Il avait été incorporé vers le 13 mai à la 10e batterie d’artillerie de la Commune. Il affirma être venu à Paris pour voir ses parents, mais le 2e conseil de guerre le condamna néanmoins, le 21 juin 1873, à quinze ans de détention et à la dégradation militaire. Il fut incarcéré à Belle-Île-en-Mer (Morbihan) le 19 juillet 1873. Il bénéficia d’une réduction à 5 ans le 17 mars 1875 et fut gracié le 22 janvier 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51256, notice ANDRIEUX Henri, Eugène , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 13 septembre 2018.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/794. — Arch. Dép. Morbihan, série Y, écrou 2560.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément