ARÈNE Pierre, René

Né le 27 septembre 1843 à Casteljaloux (Lot-et-Garonne) ; tailleur de pierre ; communard ; « probablement membre de l’Internationale », estimait le commissaire du gouvernement au cours du procès.

Arène appartenait à une « honnête famille » de Cénon (Gironde). À la suite de revers de fortune, il vint à Paris pour travailler. Il arriva dans la capitale le 13 mars 1871, en compagnie de son père et d’un frère plus jeune que lui. Au début d’avril, il s’enrôla dans la 5e compagnie de marche du 107e bataillon de la Garde nationale. D’abord fourrier, il fut élu capitaine, le 2 mai, au retour d’Issy. D’après les témoins, il ne prit pas part aux combats des derniers jours et, si l’on en croit les lettres qu’il écrivit les 16 mai et 21 juin et qui furent saisies sur lui, il n’avait servi la Commune qu’à contrecœur.
Le 4e conseil de guerre le condamna, le 10 février 1872, à la déportation simple et à la dégradation civique. Évadé du dépôt des Chantiers à Versailles, il ne fut pas repris. Il se fixa à Bruxelles.
Remise de sa peine lui fut accordée le 5 juin 1879. Il était marié, père de deux enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51342, notice ARÈNE Pierre, René , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 17 septembre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/743, n° 2938 et BB 27. — Arch. PPo., B a/436.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément