ARNOLD Henri, Constance, Stanislas

Frère cadet de Georges Arnold et comme lui né à Lille (Nord), le 11 novembre 1843. Mort fusillé dans la cour du collège Rollin à Paris, le 23 ou le 24 mai 1871. Comptable ; attaché à l’Intendance sous la Commune.

Il possédait à Paris un commerce de grains et farines que ses capacités de comptable, ses dons de polyglotte avaient rendu florissant. À l’automne de 1870, il quitta Paris en y laissant ses meubles, 28, rue de Maubeuge (IXe arr.), et fit campagne dans l’armée du Nord ; il rentra le 14 mars 1871 après avoir été promu officier et cité à l’ordre du jour de l’armée. Au début de l’insurrection, il s’engagea dans le 64e bataillon de la Garde nationale commandé par son frère ; celui-ci fit appel à ses talents d’homme d’affaires, le 20 mars, et le fit nommer inspecteur des stocks de l’Agriculture et du Commerce, délégation des Subsistances ; il était aussi secrétaire de la police municipale du XVIIe arrondissement, puis Édouard Moreau l’attacha à ses services lorsque le Comité central prit en charge l’administration de la guerre. Il fut arrêté, le 23 mai dans la soirée, alors qu’il rentrait chez lui, au coin de la rue de Maubeuge et de la rue des Martyrs ; il portait l’uniforme, ce dont il faisait une question de dignité personnelle en ces moments critiques. Il faillit être fusillé sur-le-champ, mais excipa de ses nom et qualités, ce qui lui valut un très court sursis, puisqu’il fut exécuté le lendemain matin ; les soldats en contèrent les détails à son concierge, lorsqu’ils vinrent perquisitionner le lendemain.
Voir Constant, Stanislas Arnold.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51390, notice ARNOLD Henri, Constance, Stanislas , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 18 septembre 2018.

SOURCE : Arch. Min. Guerre, 3e conseil de guerre (dossier de son frère Georges).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément