ARNOULD François

Né le 14 août 1832 à Pouxeux (Vosges) ; demeurant à Paris, rue de Sévigné (IIIe arr.) ; communard.

Ancien sous-officier de l’armée, employé après sa libération à l’Imprimerie nationale. Durant le 1er Siège de Paris, il était capitaine dans une compagnie de marche et gagna la médaille militaire. Le 18 mars 1871, il resta à Paris et se fit élire commandant de son bataillon — le 150e. Le 3 avril, il fit la sortie de Neuilly ; le 10, il alla à Issy, puis au fort de Vanves, du 21 avril au 1er mai ; il occupa de nouveau Issy, du 10 au 12 mai, et se rendit le 17 à Gentilly. Il revint à Paris, le 24 ou le 25 ; place des Vosges, il aurait engagé son bataillon à se disperser. Les renseignements sur son compte étaient favorables, mais on le présentait comme exalté. Le 5e conseil de guerre le condamna, le 3 janvier 1872, à la déportation simple et à la dégradation civique, peine commuée, le 7 mai 1872, en cinq ans de détention et remise le 19 octobre 1876 ; le 11 octobre 1876, le directeur de la prison disait de lui : « Actif, laborieux, mais peu sérieux et je suis assez disposé à croire qu’il n’a pas complètement renoncé à ses idées d’insurgé. » Il était marié, sans enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51396, notice ARNOULD François , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 19 septembre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/739 et BB 27.

Version imprimable Signaler un complément