ARNOULD Pierre, Joseph

Né le 15 avril 1848 à Bertrix (Belgique, province de Luxembourg) ; demeurant à Paris, 7, rue Saint-Lazare, IXe arr. ; garçon de recettes ; communard.

Pierre Arnould s’engagea, au 1er Siège de Paris, parmi les Éclaireurs de la Garde nationale, puis aux Francs-Tireurs de la Presse. Licencié après l’armistice, il entra, fin avril 1871, au 116e bataillon de la Garde nationale. Le 2 mai, les « yeux brûlés », dit-il, par un obus, il fut admis à l’ambulance de l’Élysée-Montmartre où il fut arrêté.
Le 10e conseil de guerre le condamna, le 7 mai 1872, à la déportation simple, peine commuée, le 9 octobre 1872, en dix ans de bannissement, puis aggravée, le 7 février 1877, par le 3e conseil, en six ans, trois mois et onze jours de détention pour rupture de ban. Il fut incarcéré à Belle-Île-en-Mer (Morbihan) le 28 février 1877 ; il fut de nouveau banni le 14 juin 1877 pour 6 ans. Sa peine fut finalement remise le 15 janvier 1879.
Voir F. Zingé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51400, notice ARNOULD Pierre, Joseph, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 21 novembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/766. — Arch. Min. Aff. étrangère Belgique, 119 II. — Arch. Dép. Morbihan, série Y, écrou 2698.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément