ARTUS Jean-Louis

Suisse ; né à Carouge le 3 juillet 1832 ; communard ; militant de l’AIT.

Entré en 1856 au département des Finances, Jean-Louis Artus devint, en 1859, secrétaire de l’Assurance mutuelle contre l’incendie, réalisation du radical James Fazy qui fut vivement critiquée et supprimée après le départ de ce dernier du Conseil d’État. Aussi, dans les premiers mois de 1866, Artus dut-il quitter le Département et, le 1er septembre, il demanda son passeport pour la France et vint s’installer à Paris. Il devint trésorier de la Société internationale d’escompte créée par Fazy, mais cette société fut ruinée par la guerre de 1870 et, en février 1871, Artus travailla ici et là, à Paris, tout en s’occupant encore des affaires de la Société.
Comme beaucoup de Suisses habitant Paris, Artus s’engagea dans la Garde nationale et fut même élu délégué. Il sympathisa avec la Commune de Paris. Le 26 avril 1871, il se trouvait à Genève, peut-être en mission pour le compte de la Commune. En tout cas, le 6 mai, il fut chargé par Paschal Grousset, délégué aux relations extérieures, de diriger un Comité d’action établi à Genève et destiné à « éclairer le Midi de la France sur la situation de Paris et sur le sens véritable de la révolution du 18 mars ». Il arriva probablement à Genève le 11 mai.
Le manque de documents ne permet pas de préciser quel fut le rôle joué par le Comité et par son directeur. Mais Artus devint membre influent de l’Internationale à Genève : le 22 octobre 1871, il présida le meeting célébrant l’anniversaire de la fondation de l’AIT ; il fut membre du bureau du Conseil cantonal et représenta la section centrale de Genève et celle de Zürich lors du congrès de la Fédération romande, les 2 et 3 juin 1872, à Vevey. Sans doute quitta-t-il peu après la Suisse pour se rendre au Brésil. Voir David Zwahlen.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51428, notice ARTUS Jean-Louis , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 19 septembre 2018.

SOURCE : Marc Vuilleumier, « L’Internationale à Genève et la Commune de Paris (1871) », in Mélanges offerts à M. Paul-É. Martin, p. 625-643, Genève, Comité des Mélanges P.-É. Martin, 1961.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément