AUBOURG Jules

Né le 25 mai 1813 à Mamers (Sarthe) ; forgeron ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

En 1832, Jules Aubourg avait été condamné à trois mois de prison pour vagabondage. Ancien zouave, sergent pendant le 1er Siège au 217e bataillon de la Garde nationale, il fut cassé pour ivrognerie et indiscipline ; sous la Commune de Paris, il était simple garde à la 5e compagnie sédentaire du même bataillon. Aubourg combattit sur les barricades, puis se cacha deux jours dans les environs du Grenier d’Abondance et fut arrêté vers le 24 ou le 25 mai 1871.
Le 6e conseil de guerre le condamna, le 2 mai 1872, à la déportation simple ; il fut gracié le 29 mai 1879, mais resta sous le coup d’une condamnation à cinq ans de prison prononcée contre lui à Nouméa, le 1er juin 1876, pour blessures volontaires. Il rentra en France par la Loire. Il était marié, sans enfant.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51482, notice AUBOURG Jules , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 21 septembre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/769. — Arch. PPo., listes d’amnistiés.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément