AUDEBRANT Auguste (ou AUDEBRAND.)

Né le 21 décembre 1844 à Paris ; employé de commerce (comptable) ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Auguste Audebrand fut, pendant le 1er Siège de Paris, garde à la 4e compagnie du 93e bataillon de la Garde nationale, et, le 13 mars 1871, délégué de sa compagnie au Comité central — plus précisément à la XIIe légion, rue d’Aligre (XIIe arr.) ; le 28 ou le 29 mars, il fut nommé commissaire de police du quartier des Quinze-Vingts où il prit comme assistant Chaussivert. Quand on l’arrêta, le 25 septembre 1871, il était employé aux écritures à la manutention militaire, quai de Billy (avenue de Tokio, XVIe arrond.) ; il fut inculpé de soustraction frauduleuse : il avait engagé au Mont-de-Piété des objets venant de ses perquisitions. La cour d’assises le condamna pour ce fait, le 15 avril 1872, à cinq ans de prison, puis le 5e conseil de guerre, le 22 février 1873, à la déportation dans une enceinte fortifiée. Il fut débarqué à Nouméa le 9 août 1874.
Une note concernant Audebrand, alors qu’il était détenu au dépôt des Chantiers à Versailles (Seine-et-Oise), fait de lui un membre de l’Internationale (cf. Arch. PPo., B a/439, pièce 5344).
Le 25 juillet 1876, il formulait un recours en grâce, regrettant « quatre années d’une promiscuité constante avec les meneurs qui ont fait ou les mauvais éléments qui ont soutenu la Commune ». Sa peine fut commuée en déportation simple, le 15 janvier 1879 ; puis en dix ans de bannissement en novembre 1879 ; enfin remise le 8 mai 1880. Il était célibataire, et vivait « en concubinage avec une fille publique ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51511, notice AUDEBRANT Auguste (ou AUDEBRAND.) , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 22 septembre 2018.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/792. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément