AUGEY Jacques

Né le 25 juillet 1831 à Bouhans qui peut-être Bouhans-et-Feurg, Bouhans-lès-Lure ou Bouhans-lès-Montbozon (Haute-Saône) ; demeurant à Paris, 9, rue des Amandiers (XXe arr.) ; journalier ; communard.

Célibataire, Jacques Aigey avait servi quatorze ans comme caporal clairon au 26e régiment de ligne ; engagé volontaire pour la durée de la guerre, il fit partie de l’armée de Paris. Libéré le 16 mars 1871, il alla rejoindre les soldats isolés de la caserne Napoléon et resta inactif jusqu’au 23 avril ; là il s’enrôla dans la 3e compagnie de marche du 240e bataillon de la Garde nationale. Il fut arrêté le 28 mai et on releva contre lui qu’il « a signé une lettre adressée au délégué de la préfecture de police, dans le but de faire arrêter le nommé Morlet, sous-officier de son bataillon, accusé d’abus de confiance ».
Le 14e conseil de guerre le condamna, le 2 mai 1872, à cinq ans de détention et à la dégradation civique ; Incarcéré le 11 décembre 1872 à Belle-Île-en-Mer (Morbihan), sa peine fut réduite d’un an le 22 novembre 1875.
Augey Jacques fut inscrit par la Commission des grâces sous le nom d’Angery.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51533, notice AUGEY Jacques, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 14 mars 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/792.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément