AVEZ Jules, Louis

Né le 19 septembre 1851 à Avie (Avion ?) (Pas-de-Calais) ; demeurant, 51, rue du Port-Saint-Ouen à Paris ; journalier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Le 1er Siège de Paris l’employa aux travaux de fortification dans le génie militaire ; vers le 25 mars 1871, Jules Avez fut enrôlé dans la 7e compagnie de marche du 222e bataillon de la Garde nationale et rentra chez lui le 22 mai ; il fut arrêté le lendemain.
Auparavant, il avait été condamné, le 20 septembre 1867, à être détenu jusqu’à dix-huit ans dans une maison de correction pour outrage public à la pudeur, et, le 16 juillet 1870, à huit jours de prison pour vol. Le 3e conseil de guerre le condamna, le 5 juin 1872, à la déportation dans une enceinte fortifiée, puis il fut débarqué à Nouméa le 8 décembre 1873. Sa peine fut commuée, le 29 mai 1875, en déportation simple, puis, le 19 décembre 1876, en six ans de détention ; son dossier portait : « commencement de cataracte des deux côtés ; très anémié ; presque idiot ». Il fut incarcéré à Belle-Île-en-Mer (Morbihan) le 9 octobre 1877.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51587, notice AVEZ Jules, Louis , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 25 septembre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/791 et BB 27. — Arch. Dép. Morbihan, série Y, écrou 2816. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément