BARBET

Communard

Il avait été condamné, avant 1870, à trois mois de prison pour escroquerie, puis à six jours pour coups ; il servit, en 1871, comme garde national au 18e bataillon fédéré et fut directeur des Pompes funèbres ; il dit pour sa défense : « on nous forçait à marcher ». On lui reprocha en particulier sa participation à l’incendie des magasins du Tapis Rouge, et le 4e conseil de guerre le condamna, le 2 octobre 1871, à la déportation dans une enceinte fortifiée.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51781, notice BARBET , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 25 mai 2021.

SOURCES : Arch. PPo., B a/368. — Gazette des Tribunaux, octobre 1871.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément