BARBIER

Chapelier ; militant de l’AIT.

Barbier présida les séances des 17 janvier et 23 février 1871 de la section bordelaise de l’Association Internationale des Travailleurs, 3, rue des Menuts, à Bordeaux (Gironde), dont le secrétaire-correspondant était à cette époque Paul Lafargue.
Le 23 février, la section adressa à l’Assemblée nationale siégeant dans la ville une protestation contre la paix qui fut publiée dans La Tribune du 1er mars. La paix, était-il écrit, c’est abandonner les travailleurs de la Lorraine et de l’Alsace, c’est payer des milliards à l’ennemi, c’est perpétuer le régime des armées permanentes, c’est aussi « livrer à la féodalité germanique d’ardents foyers de lumière et d’industrie où le prolétariat était assuré de trouver pour sa cause des milliers de combattants ».
Barbier fit partie des 21 membres de l’AIT — candidats aux élections municipales du 30 avril 1871 à Bordeaux — figurant sur une liste comprenant en outre 15 membres du Comité d’émancipation communale, toute la liste « adoptant dans son entier le programme de la Commune de Paris ». Voir Maurice Pachy.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51792, notice BARBIER , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 13 janvier 2021.

SOURCES : Arch. Dép. Gironde, série M. — La Tribune, 1er mars 1871.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément