BELLIVIER André

Né le 9 décembre 1830 à Loupian (Hérault) ; mort le 16 août 1889 à Berrouaghia (Algérie) ; communard.

André Bellivier était depuis 1861 expéditionnaire à l’Assistance publique.
Durant la Commune de Paris, il fut membre de la XVIIIe légion, dirigea une ambulance, et fut directeur de la Maison de santé municipale du faubourg Saint-Denis, Xe arr. Il se voulut stratège de la guerre des rues et élabora un système de défense de la capitale.
Il collabora à La Justice, 10-19 mai 1871 (dix numéros) et à La Rouge de Fondeville, 17-19 mai 1871 (deux numéros).

Réfugié à Genève où il tint un café, il y participa à la « Marmite sociale », pendant que le 6e conseil de guerre le condamnait par contumace, le 21 septembre 1872, à la déportation dans une enceinte fortifiée.
Le 15 septembre 1877, il quitta la Suisse. En 1879, il se trouvait à Craïova, en Roumanie, où il était professeur au collège de la ville et précepteur chez le général Maghiero.
Gracié en 1879, Bellivier mourut dix ans plus tard, directeur de prison à Berrouaghia en Algérie après avoir rempli les mêmes fonctions à Mâcon (Saône-et-Loire).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article52331, notice BELLIVIER André, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 21 novembre 2020.

ŒUVRE : Bellivier est l’auteur d’un projet de barricades, paru dans Le Vengeur pendant la Commune.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/853. — Arch. Min. Guerre, 6e conseil (n° 643). — Arch. PPo., B a/431. — Arch. fédérales Berne (Suisse). Flüchtlinge. Carton 53, cote actuelle. — La Comune di Parigi, Feltrinelli Editore, Milano, 1957 (G. Del Bo). — Michel Cordillot (coord.), La Commune de Paris 1871. L’événement, les acteurs, les lieux, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, janvier 2021.

Version imprimable Signaler un complément