BÉNÉZIT Charles, Léopold

Par Julien Chuzeville et Gauthier Langlois

Né le 28 mai 1847 à Dinan (Côtes-du-Nord, aujourd’hui Côtes-d’Armor), fleuriste ; communard réfugié à Jersey.

Charles Léopold était le fils du professeur de musique républicain et fouriériste Charles Bénézit (1815-1900) et d’Euphrosine Marie Perrine Boulangé (1819-av. 1900). Il avait vécu à partir de 1850 à Saint-Hélier, capitale de l’île de Jersey, où ses parents étaient en exil.

En 1868 il était de retour en France avec ses parents et exerçait comme sa mère le métier de fleuriste. Au moment de la guerre franco-prussienne il était célibataire mais aurait eu deux enfants d’une concubine. Il vivait alors 10 rue Duras à Paris (VIIIe arr.) dans le quartier de la Madelaine.

Pendant la Commune il était caporal dans le bataillon fédéré du VIIIe arrondissement Pour ce fait il fut condamné par contumace, le 18 avril 1872, par le 10e conseil de guerre, à dix ans de bannissement. Il était alors à Liverpool. Il se réfugia ensuite à Jersey où il avait passé son enfance. Il appartint un temps à la Société des républicains-socialistes réfugiés à Jersey, société fondée en juin 1872. Selon le recensement de 1881 il vivait à Saint-Hélier comme professeur de dessin et de français. Il fut, par la suite, amnistié.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article52376, notice BÉNÉZIT Charles, Léopold par Julien Chuzeville et Gauthier Langlois, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 1er août 2020.

Par Julien Chuzeville et Gauthier Langlois

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/814. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Jean-Claude Farcy, « Benezit – Charles Léopold », La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880), LIR3S - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 26 septembre 2019.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément