BERCHTOLD Alfred, Eugène

Né à Paris le 29 mars 1850, y demeurant, 60, rue Lepic, XVIIIe arr. ; communard ; adhérent de l’AIT.

Neveu de Alexis Berchtold, célibataire (prénommé Léon, selon L. Descaves, op. cit.), Alfred Berchtold était commis aux écritures. Il fut délégué de la Commission des barricades pendant la Commune de Paris.
Par contumace, le 3e conseil de guerre le condamna, le 21 décembre 1874, à la déportation dans une enceinte fortifiée. Il n’avait subi auparavant aucune condamnation.
Était-il affilié à l’Internationale ? À cette question, les auteurs du rapport ont répondu par un point d’interrogation.
Il vécut réfugié à Genève où il devint architecte et fut gracié le 26 avril 1879. Il demeura en Suisse.
James Guillaume qui connut les deux Berchtold à Neuchâtel — ils adhérèrent à la section de l’Internationale de cette ville — les dit : architectes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article52441, notice BERCHTOLD Alfred, Eugène , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 octobre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/853, n° 1072. — Arch. Min. Guerre, 3e conseil (n° 1957). — Arch. PPo., listes de contumaces. — Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, Paris, Rivière, (avec préface de A. Dunois, 1929). — James Guillaume, L’Internationale, Documents et Souvenirs (1864-1878), Paris, 4 vol., 1905-1910, t. II, p. 172-223. — L. Descaves, Philémon vieux de la vieille, Paris, 1913, 10e édition, p. 274-275, 316.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément