BERTHIER Henri, Martin

Né le 12 avril 1849 à Paris ; domicilié, 6, rue Mercœur (XIe arr.) ; ciseleur ; communard.

Henri Berthier était marié et père d’un enfant. Pendant la Commune de Paris, il fut garde mobile aux avant-postes de Stains et Saint-Denis (Seine), bien qu’il fût le fils aîné d’une veuve. En avril 1871, il devint surveillant à la prison de Saint-Pélagie ; le 23 mai, Raoul Rigault, en visite à la prison, lui ordonna, vers 10 heures du soir, d’aller chercher Chaudey et de l’amener au greffe ; peu après, Berthier, un falot à la main, éclairait la scène de l’exécution ; il conduisit ensuite trois gendarmes au greffe et assista également à leur exécution, puis aida à faire disparaître les traces. Il aurait invité Rigault à crier : « Vive la Commune ! »
Le 6e conseil de guerre le condamna, le 2 décembre 1871, à dix ans de travaux forcés. En déportation, il fut noté : « Bonne conduite [...] travailleur assidu ; habitudes tranquilles » ; remise lui fut faite du reste de sa peine le 8 mai 1880.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article52657, notice BERTHIER Henri, Martin , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 12 novembre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/749, BB 27 et H Colonies 120. — Arch. Min. Guerre, 3e et 6e conseils (n° 104, même dossier que Préau de Vedel). — Gazette des Tribunaux, 1er décembre 1871.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément