BERTIN Jean-Baptiste, Frédéric

Né le 16 octobre 1838 à Patinges, hameau de Torteron (Cher) ; mouleur en fer à Paris ; membre de l’Association internationale des Travailleurs ; communard.

Bertin, qui était en grève en avril 1870, adhéra alors à l’Internationale avec ses 1 200 camarades grévistes (cf. Troisième procès de l’AIT à Paris). Bertin fut également membre de la Ligue républicaine du XIVe arrondissement.
Marié, sa dernière résidence connue à Paris avant la Commune était 20, rue d’Allemagne XIXe arr. (maintenant av. Jean Jaurès). Fin avril 1870, la police de l’Empire, qui préparait le plébiscite du 8 mai, arrêta les principaux dirigeants de l’Internationale sous la double inculpation de complot et de société secrète. Bertin et ses camarades du Conseil fédéral parisien protestèrent publiquement contre cette accusation (cf. La Marseillaise, 2 mai 1870 ; Voir Berthomieu). Deux mois plus tard, Bertin figurait au 3e procès de l’Internationale et, le 8 juillet, il était condamné à deux mois de prison, 25 f. d’amende, solidairement au paiement des amendes dans leur ensemble et, le cas échéant, à quatre mois de contrainte par corps. Voir Varlin. Écroué à la maison correctionnelle de Beauvais (Oise), le 28 août, il fut libéré le 5 septembre suivant.
Entré dans la Garde nationale, il passa successivement sergent, sous-lieutenant, lieutenant et capitaine au 147e bataillon. Le 18 mars 1871, il fut élu commandant. D’après le rapport de police figurant à son dossier aux Archives nationales, il se montra « l’un des partisans les plus exaltés de l’insurrection ». Les 24, 26 et 28 mai, il combattit aux barricades. Une confusion avec Georges Bertin lui a attribué par erreur la signature d’une affiche relative à un décret de la Commune sur les marchés (J.O., 15 mai).
Par contumace, le 12e conseil de guerre le condamna, le 10 septembre 1872, à la peine de mort. Il vécut exilé à Alexandrie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article52681, notice BERTIN Jean-Baptiste, Frédéric , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 12 novembre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/853, n° 907, et BB 27. — Arch. Min. Guerre, 12e conseil (n° 574). — Arch. PPo., B a/434, a/439. — Troisième procès de l’AIT à Paris, 1870, VIII + 243 p. — Journal Officiel de la Commune, 15 mai 1871, réimpression, Paris, V. Bunel, éditeur, 1872. — Procès-Verbaux de la Commune de 1871, Édition critique par G. Bourgin et G. Henriot, tome I, Paris, 1924 ; tome II, Paris, 1945. Publiés par le Service des Travaux historiques de la Ville de Paris. — Note de J. Chuzeville.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément