BERTRAND Louis, Alphonse, Aristide

Né le 13 novembre 1848 à Montmartre et y demeurant ; communard.

Célibataire, Louis Bertrand fut caporal de 2e classe aux voltigeurs de la Garde impériale. Fait prisonnier à Metz pendant la guerre, il fut conduit en captivité à Mayence et, le 12 mars 1871, profita d’un convoi d’Alsaciens que les Prussiens rapatriaient pour rentrer en France ; il arriva le 16 à Paris. Il se rendit le même jour à l’état-major de la place et fut dirigé sur le 109e régiment de ligne. Mais le régiment avait quitté Paris la veille. Bertrand obtint l’autorisation de passer quelques jours dans sa famille ; le 20, il travaillait chez le sieur Beaumont, boulanger, 45, rue des Martyrs (IXe arr.). Le 5 ou le 6 avril, les fédérés l’accusèrent d’être un espion ; il fut conduit devant le Comité central du Château-Rouge, puis au bastion de la porte Saint-Ouen ; menacé d’être fusillé, il demanda à servir et fut incorporé au 142e bataillon de la Garde nationale ; pendant un mois, il fut secrétaire du sergent-major de sa compagnie ; au début de mai, il se fit nommer sous-officier et, après le 20 mai, il se cacha.
Il se présenta, le 3 juillet, à l’état-major de la place, et demanda à rester dans ses foyers comme soutien de famille ; il n’obtint aucune réponse et continua à travailler ; il fut arrêté le 27 avril 1872. Selon le général gouverneur de Paris, son attitude aux débats et son repentir le rendaient digne d’indulgence. Le 21e conseil de guerre le condamna à la déportation simple et à la dégradation militaire ; peine commuée, le 3 février 1873, en deux ans de prison avec dégradation civique, mais dispense de surveillance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article52714, notice BERTRAND Louis, Alphonse, Aristide , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 14 novembre 2018.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/768.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément