BLANC Jean

Né le 9 juin 1821 à Lyon (Rhône) ; demeurant à Paris ; mécanicien ; communard.

Célibataire ; il vivait en concubinage et avait deux enfants. Il était titulaire de trois condamnations : 16 F d’amende pour outrages à agents, le 30 décembre 1843 ; huit jours de prison, le 24 avril 1850, pour outrages et coups ; quinze jours, le 19 janvier 1859, pour rébellion et voies de fait envers agents.
Jean Blanc entra au service de la Commune de Paris à la fin de mars 1871, en revenant d’un voyage à Lyon, et fit partie du 218e bataillon de la Garde nationale, puis du 76e — son bataillon du Siège. Il ne participa à aucune sortie, dit-il, et se serait réfugié chez lui, le 21 mai, pour n’en plus sortir. D’après un témoin, il ne serait rentré que le 25.
Le 25e conseil de guerre le condamna, le 26 avril 1872, à deux ans de prison et cinq ans de surveillance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article52989, notice BLANC Jean , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 25 novembre 2018.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/748.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément