BLANC Laurent

Né le 28 juin 1829 à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; demeurant à Paris, rue des Charbonniers (XVe arr.) ; triturateur de liège ; communard.

Il était marié, père de quatre enfants. Il avoua avoir été condamné, en 1867 ou 1868, à Marseille, à trois mois de prison pour diffamation.
Sergent-fourrier pendant le 1er Siège de Paris, sergent-major et adjudant au 56e bataillon de la Garde nationale, Laurent Blanc conserva ce grade après le 18 mars 1871 et participa, fin avril, à une sortie à Issy ; il aurait démissionné le 2 mai et il aurait trouvé ensuite à s’employer comme portefaix ; mais il semble avoir été nommé officier d’armement à l’époque qu’il indiquait quoiqu’il niât avoir été sous-lieutenant au début de mai ; il se serait retiré chez lui le 25 mai.
Le 24e conseil de guerre le condamna, le 11 avril 1872, à quinze ans de détention et à la dégradation civique, peine commuée, le 20 juin 1872, en cinq ans de prison avec maintien de la dégradation civique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article52998, notice BLANC Laurent, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 25 novembre 2018.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/744.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable