BLIAUX Louis, Florimond

Né le 19 novembre 1843 à Oissy (Somme), mort le 24 avril 1875 à Paris (XVe arr.) ; demeurant à Paris, 10, rue de Médéah (XIVe arr.) ; fondeur en caractères ; communard.

Fils de Louis Florimond Bliaux, saiteur, et de Julie Bénard, Louis Bliaux s’était marié le 4 mars 1869 à Paris (XIVe arr.) avec Rosalie Amélie Odin (née le 30 juin 1843 à Attigny, Vosges). Le couple n’avait pas d’enfant.
Il habitait Paris depuis 1862 et, à la formation de la Garde nationale, fut enrôlé dans le 136e bataillon, puis incorporé à la 3e compagnie de marche des Volontaires de Montrouge ; il continua sous la Commune de Paris. Début mai 1871 il fut envoyé avec sa compagnie à la gare d’Issy. Il y tira des coups de feu et brûla deux ou trois cartons, sur ordre du capitaine, pour indiquer aux troupes régulières la présence de fédérés. Il monta la garde aux ministères de l’Intérieur et de la Justice à Paris. Le 22 mai, apprenant l’arrivée des troupes, il rejoignit sa compagnie à la mairie de Montrouge et fut conduit derrière la barricade de la rue Brégin. Le 23, il abandonna la barricade avant qu’elle ne soit attaquée, voulant retourner chez lui. Il n’y arriva pas. Il se retira sur le boulevard de l’hôpital, la place de la Bastille, la rue de Charonne et Belleville où il arriva le 26. Le 27, il abandonna son fusil. Il fut arrêté, le 28 mai 1871, à Ménilmontant (XXe arr.).
Le 20e conseil de guerre le condamna, le 15 avril 1872, à treize mois de prison. Le 12 décembre 1872, sa grâce fut rejetée puis de nouveau le 3 février 1873. Il fut transféré à Embrun le 11 décembre 1872.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article53049, notice BLIAUX Louis, Florimond, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 3 janvier 2022.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/776, C/3104 (recours en grâce) et F/18/1735. — État civil en ligne cote 5MI_D900, vue 137. — Notes de Fabienne Bliaux.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément