BLONDET Antoine

Né le 18 décembre 1845 à Jalesches (Creuse), mort le 12 septembre 1904 à Jalesches ; tailleur de pierre ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Antoine Blondet était le fils d’Antoine Blondet, cultivateur, et de Magdeleine Rapin.
En 1871, il était célibataire et vivait à Paris. Le 18 mars, il était à Sceaux où il travaillait depuis une quinzaine ; vers le 3 avril, il revint à Paris — chercher du linge, dit-il — et ne put repartir ; il aurait été contraint de s’enrôler dans la 4e compagnie de marche du 119e bataillon de la Garde nationale dont il avait fait partie pendant le 1er Siège de Paris ; il alla cinq jours au fort de Bicêtre, puis, le 7 mai, à Issy ; il fut fait prisonnier le 12.
On le signala comme « ayant des opinions un peu avancées ». Le 12e conseil de guerre le condamna, le 2 mars 1872, à la déportation simple, peine commuée, le 24 janvier 1878, en sept ans de détention, puis remise le 15 janvier 1879 ; il avait été autorisé à habiter la Grande-Terre, le 16 février 1874.
Il mourut dans sa commune de naissance. Il était marié à Marie, Azéma Guillon. Les époux sont enterrés ensemble au cimetière communal.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article53091, notice BLONDET Antoine , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 juillet 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/746. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Arch. Dép. Creuse, État civil de Jalesches, Naissances, mariages, décès, 1903-1912, Décès de 1904, Acte n°7, 4E 118/15. — État civil de Jalesches, Naissances, 1845, Acte n° 19 (Fiale). — Données du site Généanet, Cimetière de Jalesches. — Notes de Renaud Poulain-Argiolas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément